Archives de la catégorie ‘Les notes’

France-Uruguay: les notes des Bleus

Publié: juin 15, 2010 dans Les notes

Lloris (6): Un match propre et correct. Une parade décisive sur une frappe de Forlan. Par contre, il a perdu la bataille des maillots face au portier Muslera, entièrement habillé en arbitre. Les maillots jaunes, c’est vraiment moche…

Sagna (6): On s’était plaint, lors d’un précédent post, du double visage de Bacary Sagna, entreprenant avec Arsenal, peureux offensivement avec les Bleus. Sagna, en lecteur attentif du coach2010, a compris la leçon… Une deuxième mi-temps tranchante. Un atout supplémentaire pour l’EDF.

Gallas (5): Vendredi soir, Will était branché sur Chérie FM: plus aussi frais qu’un jeunot (qui écoute FG et Skyrock), pas encore assez vieux pour se brancher sur Radio Nostalgie. Sa performance, sans être ratée, n’a pas été des plus rassurantes. Sur deux ou trois occasions (frappe de Forlan, déviation de Suarez pour Forlan à la 73e), on a vu le poids des années se dessiner sur le corps du futur-ex Gunner. A la limite de la rupture, plus très éloigné de Joe Dassin.

Abidal (5,5): Pas d’erreur majeure ni de faute d’inattention dont il a le secret. Un match correct malgré une petite frayeur sur la frappe de Forlan (73e). On aimerait bien le voir enchaîner trois matchs de la même teneur. Son duel à venir contre la perle mexicaine, Giovani Dos Santos, aura valeur de test. Ca sera sûrement plus difficile de défendre contre lui que d’attaquer Rama Yade…

Evra (5): Ce France-Uruguay ne restera pas son meilleur match en sélection. Captain Pat’ aurait pourtant pu profiter davantage de l’espace créé par le recul de Maxi Pereira sur son côté (trop occupé à bloquer Ribéry) pour apporter le surnombre. Evra, en lecteur attentif du coach2010 dans les vestiaires, a réalisé une seconde mi-temps un peu plus fringante.

Toulalan (6,5): La Toul’ va vraiment finir par quitter la Ligue 1… Bagarreur acharné, ratisseur infatigable, le Lyonnais a réalisé une partition de qualité. On a même failli brancher notre magnétoscope lorsqu’on l’a vu dribbler dans les 30 derniers mètres uruguayens. Bon, finalement on a laissé tomber. Faut pas déconner, Jérémy c’est pas Redondo.

Gourcuff (4): LA déception. Du déchet technique (très rare chez lui), une vision assez pauvre du jeu (très rare du jeu), un visage en souffrance (très rare chez lui). Il semble loin le Yoann de l’année 2009. Une petite place va peut-être bientôt se libérer sur le banc… C’est dommage, mais ça serait mérité.

Diaby (8): Don Vito Corleone. Patrick Vieira 2000 avec la moustache de Marlon Brando. Un match énorme. Une facilité déconcertante à pénétrer le bloc adverse. Ce petit a de l’avenir. En bleu. Un signe: membre de l’équipe jeune du PSG en 2001-2002 (en parallèle de sa formation à l’INF: cf. dispute avec Ben Arfa dans « A la Clairefontaine »), il finit par se retrouver libre en fin de saison en raison d’un dysfonctionnement du service des ressources humaines du club, qui tarde à envoyer une lettre d’engagement à ses parents. Libre, Diaby signera un contrat avec Auxerre avant d’être transféré pour 4 millions à Arsenal…Paris est magique!

Don Vito Corleone

Don Abou

Govou (4,5): Sydney Govou a vraiment du talent. Il a réussi, en l’espace de quatre matchs, à devenir le type le plus contesté de France, passant même devant Nicolas Sarkozy. Il a pourtant eu l’occasion de remonter dans la sondages à la 8e minute. Dommage… Certes, il a  bien bloqué Alvaro Pereira, qui n’a vu que de très loin la cage de Lloris. Mais ne trouver des motifs de satisfaction que sur le plan défensif pour un attaquant droit, c’est problématique. Avec Govou, pas grand chose à se mettre sous la dent. Il n’y aurait pas une seconde place de libre près de Pierre Mankowski?

Pierre Mankowski. Poste: attaquant

Anelka (4): Thierry Henry, avant la Coupe du Monde, sur la position de son pote de l’INF: « Je ne vois pas où est le problème. Nico fait ce qu’il veut ». C’est pas beau Thierry de casser du sucre sur son pote, avec le sourire en plus… En même temps, Nico fait ce qu’il veut: il décroche, porte trop longtemps le ballon, se crée très peu d’occasions. Il n’est pas l’avant-centre dont les Bleus 2010 ont besoin. Serait-il meilleur à droite ou sur le banc, à droite de Squilaci?

Ribéry (5): Dado Prso. On a cru retrouver le Franck qu’on aime, dribbleur fou mais passeur intelligent, à la 8e minute. Govou a gâché et Ribéry est retombé lentement mais sûrement dans ses travers. « De toute façon avec ses deux guignols devant, je préfère y aller tout seul » a-t-il dû se dire à partir de la 9e minute. Une nouvelle fois, le Bavarois a foncé dans le mur, bêtement. N’est pas Zorro qui veut.

Publicités