Archives de novembre, 2010

Urban 3. Giovanni est marathonien!

Publié: novembre 25, 2010 dans Urban

Salut toi, footeux du mercredi soir!

Marathonien, c'est tout?

Après le match extraordinaire de la semaine dernière, celui d’hier soir s’annonçait particulièrement chaud. On espérait le retour de Rubens, dit « le divin chauve », Jérémy Guez (« Est-il devenu suffisamment riche pour nous offrir un an de Five gratuit? »), John dit Anthony Dupray (merci Vivelle Dop Fixation extrême!) et le capitaine, Dr Benj. Bon, petite déception au final: Guez n’étant pas encore riche, il doit continuer à bosser jusqu’à pas d’heure(bon d’accord, on ne va pas le plaindre d’être « soumis » à la lecture quotidienne de L’Equipe et au suivi de l’intégralité des matchs de foot…) et Krief préfère avoir froid à Alfortville que chaud à Créteil. C’est un choix. En tous les cas, à cause de ses conneries, il va perdre le brassard au profit de Rubens…Etaient également aux abonnés absents Alexandre et Jérémy Fitoussi, ainsi que leur talentueux beau-frère, Steve. En résumé, le foot ne s’annonçait pas inoubliable.

Soyons clair: il ne le fût pas. On a toutefois vu de belles choses et l’équipe du Coach a une nouvelle fois raflé la mise. Bon certes c’était pas vraiment grâce à Coach…A noter, la mauvaise fois caractérisée de l’équipe de « Dédé ». Ecoute Pape, il faut apprendre à perdre!

 

Les notes

Giovanni (8): je commence par le « meilleur d’entre nous » (dédicace à Alain Juppé, nouveau ministre de la Défense). Oui, Giovanni est bien le plus  vaillant des combattants de cette équipe. Disponible et efficace, il a encore réalisé une très belle performance. En même temps, il a un avantage sur les autres joueurs: il s’amuse à marcher pendant une heure à pied entre Créteil Préfecture et le Five!!! « Vous êtes un grand malade Monsieur! » (dédicace à Rubens).

Yves (6): Avec son maillot orange de la Sécurité routière, Yvon ne pouvait pas rester invisible hier soir. Placé sur le côté gauche du terrain, il a pas mal tenté et a joué avec davantage de sobriété que lors des dernières rencontres. Son démaraboutage anti-Sessegnon (chez Mamadou, dans le 20e, près du marché de la Place des Fêtes) commence à produire ses fruits. Au fait, le retour avec le gardien du Five s’est bien passé?

Des "frissons"? Eh ben...J'ai bien fait de descendre à Porte Dorée...

 

Stéphane (6): « Mister Bean ». La tête, le dos, les « bijoux de famille »: le ballon ne l’a pas lâché hier soir. A part ça, assez bon match. On l’a connu en meilleure forme mais quand on a été martyrisé par la balle comme lui hier, on ne peut que s’en contenter.

Rubens (6): deux matchs pour Jaap Stam hier. Un début de partie tranquille, un peu trop tranquille même: manque d’agressivité et de mobilité, passe en retrait ou latérale en défense (non, c’est interdit de faire ça Rubs!  Demande à André: au Maccabi, c’était un principe intangible, passible en cas d’infraction de la peine de banc). Mais en fait, la solution se trouvait sur le parking: Rubens est un diesel et il monte tranquillement en puissance. Après une demi-heure, on l’a retrouvé beaucoup plus accrocheur, dur sur l’homme mais jamais méchant. A fait honneur à son surnom. Il ne lui reste qu’à frapper devant le but pour que je l’appelle « Président »…

L'homme à la chemise rose veut se marier au mois de juin...

Le Coach (6): Pas mal, bien qu’on l’ait connu en meilleure forme. Quelques erreurs défensives dommageables ont quelque peu gâché son bilan en défense. Pour la partie offensive, 3 buts et à peu près la même chose en « pass-dess »; sympathique.

 

André (7): Après avoir failli gagner 800 euros la veille, Dédé était assez remonté hier. Joli match, autant sur le plan offensif que défensif. Un peu de « MF », mais ça c’est le côté compétiteur/ancien capitaine du Maccabi qui se réveille…

 

John (7): avec sa coupe de collégien pré-pubère, « Johnny à la montre qui fait mal » a réalisé un bon match. Son jeu est de plus en plus épuré et il réussit même à cadrer ses frappes. On sait qu’il y a des entraînements intensifs dans le couloir de Levallois!

 

Jérémy (copain d’André) (5): 15 minutes de retard + des fautes à répétition= la moyenne. A néanmoins réussi quelques bonnes combinaisons avec  Yoni sur le côté gauche de l’attaque.

Yoni (8-1): une belle première apparition. Vif, technique, Yoni a constitué une menace constante pour la défense adverse. A parfois un peu trop abusé des passements de jambe. Bon, un point de pénalité pour le retard.

Manu (6): Sérieux, comme  de coutume. N’a pas encore un poste totalement défini, ce qui entraîne forcément un peu de trop courses épuisantes. Mais ça viendra avec l’expérience! Tu verras après le mariage, quand tu auras 4 ou 5 kilos en plus…

 

Conclusion: pendant ce temps, Lyon perdait 3-0 à Schalke Nulfirr et Benjamin se prenait des buts de 40 mètres à Alfortville. En dehors de l’Urban, la vie est dure les amis…

 

A VOS COMMENTAIRES!

Cher lecteur, salut à toi!

Pour bien commencer ta journée, le Coach te propose ce matin une vidéo « vintage » tout simplement FAN-TA-STI-QUE!
Vous voulez revoir Jérôme Bonnissel et Florian Maurice à 20 ans? Coco Suaudeau exigeant de « discuter face à face » avec Thierry Roland? Ecouter la voix d’adolescent pré-pubère de Hervé Mathoux? Ou encore et surtout visionner deux magnifiques chansons interprétées par Joël Bats, oui oui Joël Bats, qui nous a fait gré de deux singles….

Accordez-vous 4 minutes; ça vaut vraiment le coup…

Salut à toi cher lecteur!

 

Il y a des matins comme ça où on a besoin d’un peu de beauté pour enrichir notre quotidien. Alors certains iront au musée, d’autres regarderont les arbres, d’autres encore chercheront leur bonheur dans des boîtes de nuit improbables.
Pourtant, la réponse est devant soi:

1. Regardez votre femme;

2. Bon, ok, replongez-vous immédiatement dans cette compilation des plus beaux buts de Mr Dennis Bergkamp, formidable joueur de l’Ajax d’Arsenal et de la sélection hollandaise (son escapade intériste  est à oublier).

Père et fils

Bergkamp, capable de survoler par son talent les plus belles pelouses mais pourtant paralysé à l’idée de passer une heure bloqué dans un avion. Oh! Dennis, toi qui a sacrifié la Word Cup 94 et qui s’est réjoui qu’un jour l’Homme ait inventé le train pour parcourir l’Europe, à toi Dennis, je veux te dire ce matin que grâce à toi la beauté a pu définitivement imprégner le maillot de ces anciens bûcherons que l’on nommait « Gunners »… Il y a toujours un peu de Bergkamp dans les « little boys » d’Arsène!

 

Salut à toi cher lecteur!

Le 1e novembre, c’est peut-être férié, mais la compétition ne s’arrête jamais. Alors hier, nouveau rendez-vous à 22h à Créteil avec une composition un peu inédite.
1) Rubens-Steve-« Benjam »-Vincent-Giovanni (deux copains de Benjamin)

2) André-John-Barouh-Steve-Kevin (deux copains d’André)

Mais après avoir encaissé 7 buts sans parvenir à trouer plus d’une fois les filets adverses, l’équipe d’André a proposé une modification d’équipe: soit un échange Benjam-Barouh. Malgré quelques protestations, l’âme samaritaine de l’équipe de Rubens  se plia à ce diktat. « Je n’ai rien d’autre à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur ».  Winston Churchill nous avait prévenu: hier soir, une bataille des titans a opposé les deux équipes pendant 40 minutes. On sentait la compet’, l’envie d’en découdre, la volonté de gagner à tout prix. La transpiration aussi… Et compte-tenu du sacrifice assumé par l’équipe 1, on est en droit de penser que sa défaite par 4 buts d’écart avait un petit goût de victoire.

LES NOTES

 

Rubens (6): Un match sérieux. A réussi quelques belles incursions. Mais est définitivement incapable de défendre sur Benjamin. Ca c’est de l’amour!

Un homme en tenue de foot. Cherchez l'erreur...

Vincent (6): L’âme d’un coureur de fond. Une belle résistance physique. Appliqué.

 

Steve (7): Ché Guévara. « Viva la révolucion »! Un bon match entrecoupé d’une période de mou de 15 minutes. Après une 1e période plutôt offensive, il s’est personnellement occupé Benjamin (passé dans l’autre équipe, le traître) afin de le couper de ses coéquipiers. Une confrontation musclée mais toujours dans l’esprit.

 

Giovanni (10): Le Coach avait tout prévu. Déçu par sa note de la semaine dernière, l’ami personnel de Giovan Vairelles (c’est pas une blague) a fait étalage de son talent. Des buts à la pelle et un vrai esprit de compétition.

 

Benjamin (8): Un gros match. Efficace devant le but, « Benjam » a dépouillé son jeu pour n’en garder que l’essentiel. « Précis, pointu, affuté »: c’est exactement comme ça qu’il faudra jouer à la Sorbonne samedi…Beatsla’ha l’ami (dsl toujours pas vu « Les petits mouchoirs »…)

 

André (8): Revenu à son meilleur niveau, « Dédé l’embrouille » a bien tenu la baraque. A régulièrement apporté le surplus devant.

 

Simplement beau

John (7): Un nouveau match sérieux pour Anthony Dupray. A formé une charnière solide avec André.

 

Barouh (4+2): Le rappeur de l’équipe doit encore s’habituer au rythme du championnat national. Normal après 5 ans passés au Levski Sofia. T’inquiète pas Bardounaldo! 2 points de bonus pour avoir discuté « mariage » avec le coach à l’aller.

 

Kevin (copain André) (7): Une belle surprise. S’appuyant sur une technique assez sûre, Kevin a beaucoup cavalé hier soir. Utile.

 

Steeve (idem) (6): Il a souvent cherché à se rendre disponible. Actif sur le côté gauche, Steeve a cherché la sobriété, avec une certaine réussite.

 

CONCLUSION

Question: Est-ce que vous lisez comme moi "Repetto" sur le sac rose de Benjamin???

« Ce n’est que quand il fait nuit que les étoiles brillent » (W. Churchill). A la semaine prochaine!