Articles Tagués ‘Sessegnon’

Salut à toi ami lecteur!

Depuis lundi 00h02, tu attends fébrilement de connaître ta note, celle de ton mari, de ton fiancé, de ton vieil ami. Tu espères secrètement qu’il ne s’est pas encore ridiculisé sur l’herbe synthétique, qu’il n’a pas trop mal vieilli, qu’il ne s’est pas – littéralement – essouflé. Oh, cher lecteur, j’ai une bonne nouvelle pour toi: la vie est une fête. Il arrive parfois des petits miracles, courts, brefs, inattendus, où certains se révèlent alors que personne n’y croyait plus. Peut-être inspirés par Hannouka (ou les Pères Noël devant Shopi et Carrefour Market), les 10 joueurs invités à cet Urban n°6 ont montré que tout était encore possible.

(Vous avez remarqué que cette fille était à Yabné??? Triste destin…)

Oui, la vie est en fête, j’en veux pour preuve ces quatre événements magnifiques, proprement miraculeux:

1) Barouh a retrouvé son pied (droit)

2) Jérémy Fitoussi a joué sur une jambe pendant plus d’une heure

3)Barouh a retrouvé son pied (c’est tellement énorme que je répète)

4) Yves n’a fait que 18 « Sessegnonites », sorte de dribble-talonade pour soi-même sur le côté gauche.

Mais toutes les fêtes ont une fin, à l’image des films de Noël et des vacances qui finissent, un jour ou l’autre, par s’achever. Certains miracles n’arriveront même jamais: ainsi André croira toute sa vie qu’il mérite systématiquement la note de 8/10. Réveille-toi Dédé, réveille-toi!

Equipe 1: Benjamin (cap.), coach, André, Yves, Mika.

Equipe 2: Jérémy F., Manu (cap.), Alexandre F, Steeve B., Barouh (j’attribue le brassard à Manu pour ses progrès…)

LES NOTES

Nota bene: à partir de cette semaine, j’attribuerai des notes plus conformes avec la réalité, en suivant la méthode à la fois de « L’Equipe » et de « So Foot ». Mélange de rigueur objective et de totale subjectivité. En résumé, oubliez les 9 et les 10!

BENJAMIN (10): So Foot a frappé! Notre capitaine a assuré sa note avant même le début du match. Malin… Sur le terrain, il s’est beaucoup démené: pressing haut, harcèlement des défenseurs, recul pour venir soulager la défense. En outre, il n’est pas pour rien dans les progrès « psychologiques » de son équipe, en termes de combativité notamment. Un seul bémol: il doit se montrer encore plus efficace devant le but. Bilan: 7/10.
YVES (5,5+1): après trois semaines d’absence, Yvon avait à coeur de démontrer qu’il avait encore toute sa place. Tartare de saumon le vendredi, fois gras samedi midi et samedi soir, billets verts glissés dans le sac: clairement, il avait très envie de revenir… Plus sobre dans son jeu, cherchant moins l’impossible (dribble, débordement, dribble, chute…), notre Stéphane Sessegnon version hiver 2010 a commencé à inverser la tendance négative de ces dernières semaines. Bon, le coach espère quand même réussir à le convaincre d’arrêter définitivement ses « Sessegnonites »…Et pour le bonus, c’est parce qu’il me met « Chante France » dans la voiture.

MIKA (8): le meilleur homme sur le terrain. Vif, incisif, inspiré, il a constitué une recrue de choix pour l’équipe du coach. En défense, au milieu, en attaque, il a arpenté l’ensemble de la surface du terrain en apportant son soutien au coach en défense et en perçant l’arrière-garde adverse par ses incursions dévastatrices. Il doit toutefois se montrer moins individualiste sur certaines actions et chercher la simplicité.

LE COACH (8): une nouvelle fois, je ne me note pas. Après Giovanni, ce sont André et Benjamin qui m’ont accordé ce joli chiffre. Au vu de ma prestation, j’aurais simplement mis un 7/10, mais bon on va pas chipoter pour un point, surtout supérieur…Après un début de match difficile (mauvaises passes, difficultés de placements entre Steeve et Barouh), on a retrouvé le « coach Blanc » de ces dernières semaines. Avec toujours les mêmes armes: sens de l’anticipation, bonne couverture des espaces, esprit de combativité (ça, c’est grâce à mon capitaine!).

ANDRE (7): je suis obligé de noter André après moi; je sais qu’il adore se comparer à moi ! Donc 7 (et moi 8 Dédé, 8/10!). Bon match pour le capitaine traditionnel de l’équipe 2. De l’engagement, un apport intéressant au jeu de son équipe. Encore un peu trop « perso » et « piplette », mais bon tu vas progresser Dédé…lol

 

BAROUH (5,5): la surprise du chef. Après deux mois passés en troisième division slovaque (essai non concluant), Benjamin était de retour à l’Urban.

Présentation devant la presse. Pas eu le temps de faire un maillot à son nom...Quoi, Benjamin, "c'est parce que sa présence est provisoire"...C'est moche ce que tu dis!

Placé principalement sur le flanc gauche de l’attaque, Barouh a réussi un match sérieux. Très mobile, sentant bien les coups, il a servi de point de fixation à son équipe et a quelque peu déstabilisé la défense adverse. La seconde partie du match a été beaucoup plus difficile: manque de ballons, manque de puissance. Mais il entre toutefois officiellement dans le « top 15 » des  Urbanistes de Créteil. Bienvenue!

INFO: On n'avait plus vu Barouh écarter les bras (et par conséquent marquer un but) depuis avril 1998. 12 ans déjà...

JEREMY F. (6): un match difficile. Blessé une bonne partie du match (claquage?), Jérémy a courageusement tenu sa cage, en faisant avorter un nombre non négligeable d’offensives adverses. Sa mobilité et ses qualités techniques dans le champ auront néanmoins manqué à son équipe, qui a en outre souffert physiquement en ne tournant pas.

MANU (5,5): Capitaine d’un soir de l’équipe 2, Manu a de nouveau proposé une prestations sérieuse et concentrée. Placé en défense, il a évité le geste de trop dans chacune de ses interventions. A ce rythme, il va bien tôt gagner son statut d' »indiscutable »…

ALEXANDRE (7): calme et sobre, Alexandre a bien tenu sa place en défense. Après la blessure de Jérémy, son partenaire préférentiel, il a cherché à combler les espaces et à diriger son équipe, en n’hésitant pas à élever sa voix si nécessaire. Il a même parfois suivi les attaques de son équipe pour apporter le surnombre.

STEEVE (7): talentueux, rapide, il a été surveillé comme l’huile sur le feu par ses adversaires défensifs. Steeve est toutefois parvenu plusieurs buts importants et a représenté une menace constante. Après une bonne première mi-temps, il a souffert davantage dans la seconde, buttant régulièrement sur Mika, Coach et consorts. Comme lors des éditions précédentes, « Steevo » a eu parfois trop tendance à  chercher la solution individuelle pour percer le bloc adverse. Son duo avec Barouh n’a pas semblé des plus complémentaires, l’un cherchant le zig quand l’autre attendait le zag (dixit J-M Larqué). Il serait peut-être plus efficace seul en pointe avec deux personnes « en piston » derrière lui.

CONCLU: espoirs, déceptions, miracles, découvertes, solidarités, amitiés: on vit des choses assez belles à l’Urban…

Publicités

4-2 contre le Sporting Portugal, 4-0 contre Malines, le Paris-Saint-Germain commence fort sa saison 2010-2011. Déjà huit buts au compteur pour une équipe qui n’en avait planté que 50 l’année dernière: est-ce un présage du renouveau du PSG? Pas si sûr. Si les arrivées de Bodmer et Néné peuvent être légitimement considérées comme de bonnes nouvelles, l’effectif actuel ne semble pas être en mesure de pouvoir concurrencer Bordeaux, Lille, et encore moins Marseille ou Lyon. Et quand on parle du club de la capitale, finir en deçà de la cinquième place équivaut à une saison en demi-teinte.

Des incertitudes demeurent:

1) Y-a-t-il un gardien pour sauver la capitale?

Coupet revient d’une grave blessure et passe chez le coiffeur de plus en plus régulièrement pour cacher ses cheveux blancs…. Ce n’est pas rédhibitoire pour un gardien (cf. le mythique Dino Zoff, champion du monde 82 à 40 ans) mais être vieux ne constitue pas forcément une qualité pour un gardien (cf. David James, 39 ans et des prestations mémorables lors de la dernière Coupe du Monde…). Quant à Edel, la vidéo ci-dessous en dira bien plus que n’importe lequel des argumentaires.

2) Une défense mi-figue mi-raisin

Entre espoirs talentueux mais manquant de maturité (Sakho) et joueurs aguerris mais usés (Armand, Ceara, S. Traoré, Z. Camara), le PSG ne peut compter sur une défense rassurante. A moins que Kombouaré ne se décide à refaire le « coup de Madrid » en renfilant le maillot, Paris devra s’offrir un défenseur de qualité pour boucher les trous et faire « grandir » Sakho. Pourquoi pas Boumsong, en délicatesse à Lyon?

Ne le regardez jamais dans les yeux!

3) L’aile ou la cuisse?

Dernier souci pour l’ancien coach de Valenciennes, la gestion des ailes au milieu de terrain. Les sélections les plus performantes du Mondial sud-africain s’appuyaient sur des joueurs de couloir talentueux (Podolski et Müller, Iniesta et Villa (pendant quelques matchs), Robben). A Paris, Sessegnon a déjà préparé sa valise et Guily sa couverture pour l’hiver sur les bancs de touche. L’option Jallet, pas inintéressante, semble toutefois un peu limitée. Paris doit trouver un ou deux joueurs capables d’étirer les défenses adverses sur la largeur, de fixer pour pénétrer au centre, de centrer pour trouver la tête de Hoarau ou le pied d’Erding. Pour Robben, ça risque d’être un peu difficile. Alain Roche peut pas nous trouver un petit brésilien sorti de nulle part?

Conclusion

Battre Malines c’est bien, battre l’OM (Trophée des champions) puis Saint-Etienne pour la 1e journée de Ligue 1, ça serait mieux.

C’est l’heure du mercato estival et il est encore temps de se faire remarquer pendant les matchs de préparation pour s’envoler vers d’autres terres. Le Parisien Sessegnon l’a bien compris et s’est décidé à remettre le feu sur les flancs pour attirer les observateurs. La preuve en vidéo.

Ayez une pensée pour ce défenseur qui doit beaucoup souffrir à l’heure où je vous écris…