Archives de décembre, 2010

Le remplaçant du remplaçant de Robert Vittek

Publié: décembre 30, 2010 dans Urban

« La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde…. »

Michel Rocard

Publicités

Salut à toi ami lecteur!

Depuis lundi 00h02, tu attends fébrilement de connaître ta note, celle de ton mari, de ton fiancé, de ton vieil ami. Tu espères secrètement qu’il ne s’est pas encore ridiculisé sur l’herbe synthétique, qu’il n’a pas trop mal vieilli, qu’il ne s’est pas – littéralement – essouflé. Oh, cher lecteur, j’ai une bonne nouvelle pour toi: la vie est une fête. Il arrive parfois des petits miracles, courts, brefs, inattendus, où certains se révèlent alors que personne n’y croyait plus. Peut-être inspirés par Hannouka (ou les Pères Noël devant Shopi et Carrefour Market), les 10 joueurs invités à cet Urban n°6 ont montré que tout était encore possible.

(Vous avez remarqué que cette fille était à Yabné??? Triste destin…)

Oui, la vie est en fête, j’en veux pour preuve ces quatre événements magnifiques, proprement miraculeux:

1) Barouh a retrouvé son pied (droit)

2) Jérémy Fitoussi a joué sur une jambe pendant plus d’une heure

3)Barouh a retrouvé son pied (c’est tellement énorme que je répète)

4) Yves n’a fait que 18 « Sessegnonites », sorte de dribble-talonade pour soi-même sur le côté gauche.

Mais toutes les fêtes ont une fin, à l’image des films de Noël et des vacances qui finissent, un jour ou l’autre, par s’achever. Certains miracles n’arriveront même jamais: ainsi André croira toute sa vie qu’il mérite systématiquement la note de 8/10. Réveille-toi Dédé, réveille-toi!

Equipe 1: Benjamin (cap.), coach, André, Yves, Mika.

Equipe 2: Jérémy F., Manu (cap.), Alexandre F, Steeve B., Barouh (j’attribue le brassard à Manu pour ses progrès…)

LES NOTES

Nota bene: à partir de cette semaine, j’attribuerai des notes plus conformes avec la réalité, en suivant la méthode à la fois de « L’Equipe » et de « So Foot ». Mélange de rigueur objective et de totale subjectivité. En résumé, oubliez les 9 et les 10!

BENJAMIN (10): So Foot a frappé! Notre capitaine a assuré sa note avant même le début du match. Malin… Sur le terrain, il s’est beaucoup démené: pressing haut, harcèlement des défenseurs, recul pour venir soulager la défense. En outre, il n’est pas pour rien dans les progrès « psychologiques » de son équipe, en termes de combativité notamment. Un seul bémol: il doit se montrer encore plus efficace devant le but. Bilan: 7/10.
YVES (5,5+1): après trois semaines d’absence, Yvon avait à coeur de démontrer qu’il avait encore toute sa place. Tartare de saumon le vendredi, fois gras samedi midi et samedi soir, billets verts glissés dans le sac: clairement, il avait très envie de revenir… Plus sobre dans son jeu, cherchant moins l’impossible (dribble, débordement, dribble, chute…), notre Stéphane Sessegnon version hiver 2010 a commencé à inverser la tendance négative de ces dernières semaines. Bon, le coach espère quand même réussir à le convaincre d’arrêter définitivement ses « Sessegnonites »…Et pour le bonus, c’est parce qu’il me met « Chante France » dans la voiture.

MIKA (8): le meilleur homme sur le terrain. Vif, incisif, inspiré, il a constitué une recrue de choix pour l’équipe du coach. En défense, au milieu, en attaque, il a arpenté l’ensemble de la surface du terrain en apportant son soutien au coach en défense et en perçant l’arrière-garde adverse par ses incursions dévastatrices. Il doit toutefois se montrer moins individualiste sur certaines actions et chercher la simplicité.

LE COACH (8): une nouvelle fois, je ne me note pas. Après Giovanni, ce sont André et Benjamin qui m’ont accordé ce joli chiffre. Au vu de ma prestation, j’aurais simplement mis un 7/10, mais bon on va pas chipoter pour un point, surtout supérieur…Après un début de match difficile (mauvaises passes, difficultés de placements entre Steeve et Barouh), on a retrouvé le « coach Blanc » de ces dernières semaines. Avec toujours les mêmes armes: sens de l’anticipation, bonne couverture des espaces, esprit de combativité (ça, c’est grâce à mon capitaine!).

ANDRE (7): je suis obligé de noter André après moi; je sais qu’il adore se comparer à moi ! Donc 7 (et moi 8 Dédé, 8/10!). Bon match pour le capitaine traditionnel de l’équipe 2. De l’engagement, un apport intéressant au jeu de son équipe. Encore un peu trop « perso » et « piplette », mais bon tu vas progresser Dédé…lol

 

BAROUH (5,5): la surprise du chef. Après deux mois passés en troisième division slovaque (essai non concluant), Benjamin était de retour à l’Urban.

Présentation devant la presse. Pas eu le temps de faire un maillot à son nom...Quoi, Benjamin, "c'est parce que sa présence est provisoire"...C'est moche ce que tu dis!

Placé principalement sur le flanc gauche de l’attaque, Barouh a réussi un match sérieux. Très mobile, sentant bien les coups, il a servi de point de fixation à son équipe et a quelque peu déstabilisé la défense adverse. La seconde partie du match a été beaucoup plus difficile: manque de ballons, manque de puissance. Mais il entre toutefois officiellement dans le « top 15 » des  Urbanistes de Créteil. Bienvenue!

INFO: On n'avait plus vu Barouh écarter les bras (et par conséquent marquer un but) depuis avril 1998. 12 ans déjà...

JEREMY F. (6): un match difficile. Blessé une bonne partie du match (claquage?), Jérémy a courageusement tenu sa cage, en faisant avorter un nombre non négligeable d’offensives adverses. Sa mobilité et ses qualités techniques dans le champ auront néanmoins manqué à son équipe, qui a en outre souffert physiquement en ne tournant pas.

MANU (5,5): Capitaine d’un soir de l’équipe 2, Manu a de nouveau proposé une prestations sérieuse et concentrée. Placé en défense, il a évité le geste de trop dans chacune de ses interventions. A ce rythme, il va bien tôt gagner son statut d' »indiscutable »…

ALEXANDRE (7): calme et sobre, Alexandre a bien tenu sa place en défense. Après la blessure de Jérémy, son partenaire préférentiel, il a cherché à combler les espaces et à diriger son équipe, en n’hésitant pas à élever sa voix si nécessaire. Il a même parfois suivi les attaques de son équipe pour apporter le surnombre.

STEEVE (7): talentueux, rapide, il a été surveillé comme l’huile sur le feu par ses adversaires défensifs. Steeve est toutefois parvenu plusieurs buts importants et a représenté une menace constante. Après une bonne première mi-temps, il a souffert davantage dans la seconde, buttant régulièrement sur Mika, Coach et consorts. Comme lors des éditions précédentes, « Steevo » a eu parfois trop tendance à  chercher la solution individuelle pour percer le bloc adverse. Son duo avec Barouh n’a pas semblé des plus complémentaires, l’un cherchant le zig quand l’autre attendait le zag (dixit J-M Larqué). Il serait peut-être plus efficace seul en pointe avec deux personnes « en piston » derrière lui.

CONCLU: espoirs, déceptions, miracles, découvertes, solidarités, amitiés: on vit des choses assez belles à l’Urban…

Quand je joue

Je suis comme un fou

Je n’ai plus les pieds sur terre

Je m’envole

(Ce duo avec Bruel qui fait des passements de jambes au milieu de la chanson et qui chante faux, c’est juste fantastique)

Oui le coach aime Julien Clerc!  Dois-je rappeler à ceux qui ne paient pas leur abonnement à Canal Plus que Julien Clerc apparaît souvent dans les travées du Parc des Princes? Or, moi, je suis « tous PSG ». Donc je respecte….

 

J'ai honte un peu quand même...

ANALYSE DU MATCH

Mercredi soir, vers 00h04, le terrain de l’Urban ressemblait à un champ de bataille. Regards épuisés, pulsations cardiaques élevées, démarches boitillantes. Têtes basses et éclatements de joie. Une équipe a gagné. Une équipe a perdu. Mais deux formations, dix joueurs qui, telles deux mains se faisant face, ont tout donné (pardonnez-moi cette métaphore assez moyenne). Et ça  a donné un sacré match…

Au niveau des compos, pas de changement notable dans la « Muppet », l’équipe de Dédé l’embrouille/Marc Landers. Commence à se dessiner une équipe type composée de:André Krief-John Nadjar-Alexandre Fitoussi-Jérémy Fitoussi-Steeve Bellaïche.

Face à eux, la « New Team » du coach était contrainte de pallier à l’absence de deux cadres (ok Benjamin, je n’ajoute pas « incontournables »…lol): Yves et Rubens. A leur place, Manu Chekroun est venu se placer en défense. Mais c’est surtout vers la nouvelle recrue du coach que les regards étaient tournés avant-hier: Gary Attia.  Sur la feuille de match, Benjamin Krief-Manu Chekroun- « coach » (moi…)-Gary-Giovanni.

Résultats: New Team 13-12 Muppet.
Et comme dirait Yoni, sponsor officiel de notre championnat: « Les gars, finir avec un seul but d’écart après deux heures de match, je vous dis chapeau ».

(Les scénaristes ont voulu proposer quelque chose de très réaliste…)

 

LES NOTES

BENJAMIN (8): Le capitaine a l’art de dégoûter les gens. Attention, pas de méprise, c’est un type charmant qui a un certain succès auprès de la gente féminine (enfin c’est ce qu’il dit et comme c’est un type très « secret sur [s]a vie privée », on le croit…). Non, en fait, il fait partie de ces gardiens de but qui vous font gagner des matchs. En gardant les cages de la Newteam avec brio pendant une bonne partie de la seconde heure, il a écoeuré Steeve, John et consorts. Quant à sa participation dans le jeu, il a alternativement assez bien occupé plusieurs postes sur le terrain, sans toutefois pouvoir égaler ses performances « BernardLamaesque »

(Juste énorme…J’espère que vous avez reconnu Michaël Madar avec le maillot jaune?!)

MANU (6): des progrès importants tout au long du match. Placé principalement sur le côté gauche de la défense, il a bien usé de son physique pour tenir la baraque. Mais, après réflexion, je pense qu’il a davantage l’âme d’un commentateur sportif que d’un footballeur: sinon, comment expliquer ses « olala » après chacune de ses passes réussies???

EL COACH (8): aujourd’hui, je refuse de me noter. « Alors pourquoi tu te mets 8, escroc?! » auront probablement envie de me répondre les mauvaises langues. Eh bien, « 8 » c’est la note que m’a donnée Giovanni après le match. Et comme je ne refuse jamais les compliments… J’ajouterai les commentaires du capitaine: « Tu peux être satisfait de ta prestation de défenseur central…Le premier sur le ballon…Le sens du placement et de l’anticipation ».

Trop de compliments, c’est un peu suspect quand même…

GARY (8): Souvenez-vous: nous sommes en décembre 1997, vers 11h38. Cour centrale de l’école Yabné. Il nous manque un joueur pour commencer notre foot quotidien (Rubens avait déjà rendez-vous…). A douze ans à peine, le coach réalise son premier coup: il demande à un petit garçon, d’apparence frêle, tout juste entré à Yabné, d’intégrer son équipe. C’est ce jour-là, le 14 décembre 1997, que la carrière de Gary Attia a véritablement commencé. Treize ans après, il nous fallait savoir si on ne s’était pas trompé. Et Gary nous a régalés par son intelligence de jeu, sa conservation du ballon et sa qualité de passes. Tout ce qu’adore le coach. Coach, mais surtout formateur…

PS: Un contrat a bien sûr été signé en fin de match entre les deux parties…

GIOVANNI (8): toujours aussi présent, en attaque, en défense, au milieu, à gauche, à droite. « Gio » est un poison pour la défense adverse. Il a été un peu moins heureux que d’habitude sur ses frappes mais a tout de même planté les buts décisifs. Un problème toutefois: la NewTeam va bientôt connaître les affres hivernales du RC Lens des années 90 par la faute de Giovanni qui nous quitte pour jouer la « Coupe de Lorraine des Nations ». C’est dur de me mettre dans la peau de Gervais Martel…(Seuls les experts sont susceptibles de comprendre cette référence. Benj, tu leur expliqueras dans les commentaires…)

 

(Un point de bonus pour celui qui me retrouve le nom du joueur lensois. Je pense que seul Krief peut se montrer au niveau...)

ANDRE (8): toujours aussi présent en défense, Dédé a davantage participé que de coutume aux phases offensives de son équipe. Ses qualités de physique et sa puissance ont constitué de précieux atouts. Pas suffisants pour gagner néanmoins…

ALEXANDRE (7+1):beaucoup de vivacité et de disponibilité. A fait preuve de beaucoup de sérieux dans le secteur défensif. Et 1 point de bonus pour m’accueillir avant et après le match avec des sandwich au thon!

JOHN (7+1): de plus en plus offensif, toujours sur le côté gauche. Et cela afin d’enrouler sa frappe pied droit (ça, avec Krief, on l’avait compris…). Il a même marqué des buts . N’entrons pas dans une polémique inutile sur le nombre. 2, 4, 15: ce n’est pas la quantité qui compte…………………………Mérite au moins un point de bonus pour m’avoir fait un superbe noeud de cravate transpirant.

JÉRÉMY (7+1): a constamment cherché à apporter le surnombre sur les phases offensives. Placé entre les lignes, il a ainsi géré au mieux les différentes phases de jeu de son équipe. Toujours un point pour l’accueil automobile et le duo sandwich au thon/bouteille d’eau!

STEEVE (7+1): un peu le même match que la semaine dernière. Une excellente première mi-temps (qui lui valait un « 8 » facile) et une seconde un peu moins efficace. Pris en marquage individuel, il a alors dû chercher des solutions  en position plus basse et s’éloigner par conséquent de la zone décisive. Doit concrétiser ses occasions en fin de match pour faire gagner son équipe.

GUEST STARS:

YVES (10): « Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ». Alphonse de Lamartine avait raison. Enfin peut-être….

RUBENS (10): « Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ». Alphonse de Lamartine avait (encore) raison. Enfin peut-être….

CONCLUSION

(Concert de M hier soir à Bercy! Enorme! Et une nouvelle fois, Johnnyyyyyyyyy! Une vraie guest star…)

 

Bon ok, Materrazi a un peu changé physiquement depuis 2006…

Urban 4. Des lumières dans la nuit

Publié: décembre 7, 2010 dans Urban

Salut à toi, fidèle lecteur!

Les raisons ne manquaient pas hier pour rester chez soi et reporter le foot: le grand froid, les bougies de ‘Hannouka, les beignets de ‘Hannouka, la fatigue d’une journée harassante. Mais en dépit de ces considérations négatives, nous étions encore 10 hier soir à Créteil et les présents ont fait honneur au maillot.

A ma droite, l’équipe « serviette de douche »: Yves, Rubens, moi, Benjamin et Giovanni;

A ma gauche, l’équipe « Bet Clic.fr »: André, John, Alexandre et Jérémy Fitoussi, Steeve (leur beau-frère hollandais).

Commençons par l’officiel: une cérémonie solennelle  d’investiture du capitaine Krief s’est déroulée avant le match. Le brassard lui ainsi été remis par le coach. Très ému par les paroles du ce dernier, c’est avec les larmes aux yeux que Benjamin a tenu à rappeler tous ceux qui lui avaient permis d’arriver à ce niveau: Marius, Barouh, Igor Georgiev.

Enfin reconnu...

ANALYSE DU MATCH

Une belle partie, assez intense et techniquement agréable. L’équipe « FDJ » l’a emportée avec 5 buts d’écart, une victoire qui, il faut bien l’admettre, était méritée au regard de la physionomie du match. Les coéquipiers de « John- c’était une autre époque » n’ont connu que peu de relâchements et se sont même permis quelques petits gestes « pour la photo » en fin de partie. En face, il aurait fallu trouver une équipe au top physiquement, tactiquement, mentalement pour espérer l’emporter; ce n’était pas le cas hier. Les transmissions manquaient encore de rapidité, des espaces encore trop larges s’offraient aux contres adverses et la concrétisation des occasions a connu des jours meilleurs.

En conférence de presse, le capitaine a déclaré: « On prend beaucoup trop de buts et quand devant Gio et moi on est un peu moins en réussite, eh bien ça donne une défaite. Et puis on joue pas assez vite à mon goût. On porte trop le ballon et, quand on le lâche, le marquage s’est resserré autour de nous. (…)Il nous a manqué de la réussite et derrière de concentration (…)et de placement. Et puis, … »

(Certains passages ont dû être expurgés par respect de la vie privée des personnes concernées…)

 

LES NOTES

Rubens (5): en mode cycliste. Adepte du contre-la-montre, il démarre la partie avec 20 minutes de retard sur les leaders. Pourtant, avec sa magnifique tenue jaune fluo ceintré juste au corps, il avait tout d’un futur champion du tour de France. Hélas, Rubens est davantage un adepte du Velib que du Mont Ventoux: il aime se balader, regarder les paysages les mains dans les poches et penser aux futures escapades amoureuses plutôt que coller aux basques de Steeve. Romantique va!

Un athlète

Giovanni (7): bon match de « Gio » hier soir même s’il a été moins réaliste devant le but que les semaines précédentes (une demi-douzaine de buts quand même!). Un peu nerveux, il nous a même étonné en tentant des « Inzaguettes », sortes de roulade à l’italienne. De toute façon, c’est bien connu, il y a beaucoup d’Italiens à Nancy (je déconne pas: Platini vient d’où les amis?)

Benjamin (6): le capitaine nous avait prévenu: il était crevé (la faute à qui???). Bon, ok, ça s’est un peu vu. Moins percutant que de coutume, il a pas mal tenté mais n’a pas connu beaucoup de réussite. Il a toutefois excellé au poste de gardien de but où il a réalisé des parades à dégouter n’importe lequel des attaquants adverses.

Le coach (6): placé en défense, il a réussi de jolies interventions pour entraver les attaques adverses. Sur le plan offensif, il a mis au jour la faiblesse pratique de la théorie Thuram « Si ça le veut, ça ça exécute »…

X (non noté): cette fiche Wikileaks a été retirée afin de préserver les relations diplomatiques avec ce pays ami.

 

André (7): constant. Pas mal de montées vers l’avant et un jeu cours intéressant. Par contre, j’ai un petit doute sur ta préparation de match (un corps saint, Dédé, tu vois ce que je veux dire?)

John (6): sobre. Quelques débordements utiles sur le côté gauche pour apporter le surnombre. Ne veut toujours pas frapper aux cages. Si moi j’ai frappé, c’est que tout le monde peut frapper… (dédicace pour Willy; j’espère que tu as compris).

Jérémy F. (7): infatigable. Devant, derrière, il a fait preuve de beaucoup de disponibilité.

Alexandre F. (7): infatigable (n°2). Beaucoup de vivacité et une belle efficacité sur le plan offensif.

Steeve (8): l’homme du match. Toujours aussi efficace dès qu’il a pris le contrôle du ballon. A eu tendance à chercher la facilité en fin de match.

 

Conclusion: chez certains, la classe est innée…

Collection Hiver 2010

Info mercato: selon plusieurs sources concordantes, les négociations entre le coach et Jérémy G. se seraient intensifiées ces derniers jours. On parle d’un retour la semaine prochaine. A suivre…

 

J’attends vos commentaires à laisser directement sur le blog!