Archives de mars, 2011

Note du match: 7/10

Ambiance: 9/10. Pris en photo de groupe, nous serons désormais affichés, à l’instar des équipes de légende, dans les couloirs des vestiaires. Juste le soir où John et Benjamin sont absents…Votre carrière aura vraiment été merdique!

NEW TEAM
Yaniv (8): le meilleur gardien, avec notre ami Benjamin, que notre Five ait connu. Des parades assez exceptionnelles, à la François Lemasson. Mais attention à ne pas passer trop de temps à commenter le match: tu vas finir comme Gaétan Huard…

Yves (6): encore quelques jolies percées sur le flan gauche. Agile comme Scaramouche, il a néanmoins repris ses mauvaises habitudes, mieux connues sous le nom de « Sessegnonites ». En défense, c’est chaud…

Le coach (6,5): après un mois chaotique (moyenne générale:4), le coach était de retour en défense. Face à deux adversaires difficiles à marquer, il a réalisé un match assez intéressant. Encore quelques erreurs à corriger avant de retrouver le sommet.

André (7): le Alou Diarra tunisien. Replacé par le coach devant le défense, son rôle consistait à gratter un maximum de ballons et à détruire les incursions adverses, tout en servant de rampe de lancement pour Giovanni. Mission réussie même si Dédé a encore une marge de progression dans ce rôle. A revoir.

Giovanni (7): toujours aussi utile, malgré un petit manque de réussite par rapport aux semaines précédentes.  Peut-être à cause de l’absence de son sac poubelle sur le dos. A moins que ça ne soit des suites de la délicate digestion d’un Mac Burger, entamé à 21h58. C’est pro ça, Giovanni? Tu veux ressembler à Gignac?

FITOUSSI & Co

Alexandre (6,5): quelques jolies gestes dans les cages qui lui ont valu une légère blessure.

Jérémy (7): avale des kilomètres, en défense, en attaque.

Stéphane (5): un peu en dedans lundi soir. Tellement plus brillant sur les pistes de danse, le samedi soir…

Steevo (7) et Yonni (7,5): les frères Derrick sont de retour. C’est beau la chirurgie esthétique!

Publicités

SCORE: 13-11

Note du match: 6,5/10

Moyenne joueur: 6,1

Ambiance: 8/10 (grâce au retour de Yonni…)

« Diego d’or »: Giovanni et Steevo (7,5)

« Brandao de bronze »: Steve et Yves (4,5)

Presque...

NEW TEAM (version exceptionnelle)

André (6,5): le visage fatigué, les yeux rougis, « Dédé » a gardé les séquelles de ses soirées arrosées avec Brandao… Jouant avec retenue, un peu moins présent dans l’animation du jeu que de coutume, il a toutefois été une pièce majeure de son équipe. Mais petit conseil: arrête de parier sur Le Mans! Tu te fais du mal…

El Coach (4,5): une tête de 27 ans sur un corps de 80: le coach s’est parfois demandé hier s’il ne valait mieux pas arrêter sa carrière de joueur pour entamer celle de consultant à la Paul Le Guen. Son genou droit lourd comme du béton l’a mis en difficulté pour réaliser des gestes simples. Repose-toi vieux!

Mika (6,5): incisif, dans un rôle assez défensif. Devrait jouer un cran plus haut pour utiliser au mieux sa puissance de frappe.

John (5,5): désireux de rendre hommage à son idole, Barounaldo, « Johnny the Kid » a planté sa tente devant la cage adverse et passé son match à crier sa phrase culte « Allez les gars, le pressing! ». Bon, la prochaine fois, on lui dira que le pressing est d’abord la charge des attaquants…A toutefois prouvé qu’il pouvait frapper et marquer.

Giovanni (7,5): sérial buteur. Complètement décrédibilisé par son port d’un sac plastique. Gio, tu connais les Marcels?

 

MUPPET

Yves (7): non, je déconne! 4,5…A souffert dans sa chair pour ne pas avoir compris plus tôt que foot et rugby ne peuvent pas cohabiter. Portera le mois prochain du « 29 » chez The Kooples.

Alexandre (6,5): solide en défense, sa qualité de relance a représenté un réel atout. A reformé grâce au Coach, et après des mois d’attente, le trio familial des 2 be 3.

Enfin réunis

Jérémy (6): a cherché à combler les espaces entre sa défense et Steeve. Plus présent offensivement en 2nde période. Détient le record de la blessure mal soignée la plus longue de ce Five.

Stéphane (5,5): a rencontré des difficultés à se positionner par rapport à Steeve. Toujours combatif.
Steevo (7,5): très fort techniquement hier soir. Un peu trop facile sur la fin toutefois: qu’est ce qui t’es passé par la tête lorsque tu as tenté le « coup du crapeau » qu’on n’avait plus vu depuis juin 1998?