Articles Tagués ‘Joga Bonito’

Salut à tous!

C’est bon, ton maillot Brésil Nike 98 floqué « Ronaldo 9 » en caractères verts est déjà posé sur la télé, ta playlist « Samba » sur ton Ipod fête son jour de gloire aujourd’hui et tu as acheté l’Equipe tôt ce matin pour apprendre par coeur le nom des nouvelles « stars » de la Selecao sur lesquelles tu ne tariras pas d’éloge ce soir avec des potes, et ce avant même le début du match. Ce soir, tu as dit à ta femme ou à ta mère que c’était « the » match, « football champagne » VS « football samba ». Et donc qu’il serait bienvenue de vous laisser entre potes…

« SOUVENIRS, SOUVENIRS »

Le problème avec les amateurs professionnels de foot – et je m’inclus dans cette catégorie, chers lecteurs -, c’est qu’ils vivent souvent avec des souvenirs pleins la tête qui entravent la perception juste du réel. Parce que ce soir, ne rêvons pas, il n’y aura ni Zico, ni Zidane, ni Ronaldo sur la pelouse. A la limite, peut-être un petit Luis Fernandez dans les tribunes, mais en pantalon et chemise Lacoste…France-Brésil, pour les plus de 30 ans, c’est évidemment 86, Platini buteur mais Fernandez sauveur, la victoire du carré magique contre le « Football samba » du grand Télé Santana.

Le Pelé blanc mis en échec par "Jojo"

Pour la tranche d’âge inférieure, France-Brésil, c’est 1998, la 1e victoire française en Coupe du Monde, les (premiers) coups de boule de Zidane dans la tête de Taffarel, Thierry Roland en transe et Chirac et les Champs-Elysées en délire. Et pour les encore plus jeunes, France-Brésil, c’est 2006, peut-être la plus belle de toutes les confrontations, tant la France, Zidane surtout, aura été brésilienne ce soir-là. Un régal, un souvenir inoubliable.

(avec aux commentaires Thierry Gilardi)

 

LES STARS NE SONT PLUS BRESILIENNES NI FRANCAISES

Et ce soir alors? Sauf à comparer Laurent Koscielny (qui malgré toutes ses qualités n’est pro que depuis peu) à Thuram et André (non pas Dédé Krief, André la dernière recrue bordelaise) à Ronaldinho, on est très loin d’une opposition digne – en tout cas sur la papier – de celles offertes par les dernières rencontres. Comme le note justement Marc Hevez sur Sofoot.com, quasiment aucun des joueurs sélectionnés pour ce match amical ne représente une star actuelle du football mondial, à l’image de Zidane, Ronaldo ou Vieira d’hier, à l’exception de Hugo Lloris. Côté français Ribéry et Evra sont absents, Benzema n’est toujours pas un titulaire indiscutable du Real Madrid, la défense est composée de joueurs pleins d’avenir (Sakho,Rami, Koscielny peut-être) et d’ancien joueur promis à un grand avenir (Mexès). Quant à la Selecao, les deux stars de l’équipe n’ont pas véritablement atteint le sommet interntional: le capitaine Robinho n’a jamais véritablement percé en Europe de manière régulière, et Pato, certes brillant, est encore en-dessous Ibrahimovitch au Milan AC. Evidemment, on attend énormément du énième nouveau Pelé, Neymar, absent ce soir pour cause de championnat sud-américain des moins de 20 ans.

UN BRESIL SUR LA DEFENSIVE?

Autre élément intéressant à constater, les Brésiliens dont on entend le plus parler ces derniers temps sont des…défenseurs. En attaque, le trio de tête mondial est composé de Messi, Cristiano Ronaldo et Ibrahimovitch. Pas de Brésilien donc (certes, Brandao arrive 4e…). Par contre, de Maicon à Dani Alves, en passant par David Luiz (nouveau cadeau de Abramovitch offert à Chelsea) et Thiago Silva (impressionnant avec Milan), les défenseurs brésiliens dominent les défenses du monde. Et dire que Paris et Bordeaux avait ouvert la voie avec Ricardo et Marcio Santos…

Marcio Santos n'aurait pas été Marcio Santos sans l'aide à ses côtés de Jean-Luc Dogon

Est-ce à dire que ce France-Brésil s’annonce comme un match ennuyeux et fermé? Pas sûr. Les quatre dernières victoires de l’Equipe de France ont montré que, bien que recherchant en priorité la victoire pour retrouver cette confiance perdue en Af Sud, Laurent Blanc prônait toujours une philosophie de jeu plutôt offensive. Certes, le « Président » n’a pas oublié que toute équipe ne peut espérer atteindre les sommets sans une base solide défensive; il a ainsi installé et affirmé toute sa confiance au triangle « Mexès-Rami-Diarra », tout en motivant Sakho et dernièrement Koscielny par des déclarations assez dithyrambiques. Mais Lolo aime le jeu. Et comme en face, le sélectionneur brésilien Mano Menezes est un adepte du « joga bonito », on pourrait peut-être prendre un certain plaisir ce soir devant notre télé. Loin des France-Brésil 86 et 2006, mais loin aussi des matchs de L1 du dimanche soir…

Salut à toi cher lecteur!

Au programme ce matin, une petite vidéo trouvée sur le blog corner.

Tous ceux qui ont, au moins un jour de leur vie, gâché leur dimanche devant un Strasbourg-PSG, renoncé aux plaisirs des nuits parisiennes pour subir un OM-Nice, préféré se disputer avec leurs copines plutôt que de renoncer à un Lyon-Rennes, eh bien à tous ceux-là je veux dire que vous méritez une petite dose de consolation…

 

Et en bonus, la vraie pub « José 10 + Adidas »

Le Mondial est aussi l’occasion pour les entreprises de mettre en avant leurs produits… et de réaliser des pubs plus ou moins mémorables. Mon top 5 des meilleurs pubs de la Coupe du Monde 2010:

1. Nike. What else?

2. Pepsi. Henry, Messi, Kaka et Cie portent des tenues incroyables!

3. Adidas. Très Heroes

4. Coca-Cola. Mon chouchou

5. Budweiser. Prix de l’innovation

Et en bonus, une compilation des plus belles pubs Nike. Revoir Ian Wright me fait chaud au coeur…

Et pour ceux qui sont en manque: