Archives de la catégorie ‘Ailleurs sur le net’

Salut à tous!

En ce premier dimanche de l’année 2012, petit conseil de lecture, avec cet excellent article sur l’une des grandes stars du football israélien des 15 dernières années: Haïm Revivo. Dans ce texte publié par la revue « WeAreFootball », l’universitaire Jean-Paul Derai revient sur le parcours de cet attaquant, juif né au Maroc et naturalisé israélien, en étudiant « le poids de l’héritage socio-culturel face à l’identité sportive ».

Göl

Capitaine du Fenerbahce, avec lequel il rempotera le titre de champion et  celui de meilleur joueur du championnat turc en 2001, il finira par rejoindre le club ennemi, Galatasaray: un belle illustration de l’entente israélo-turc des années 90-2000, aujourd’hui révolue…

Bonne lecture!

Une belle vidéo pour les amnésiques

 

Le week-end approche et le « temps de lecture disponible » augmente par la même occasion.A l’instar de mon ami Benji, qui se remémore parfois – avec l’auteur de ces lignes et des trémolos dans la gorge – les nuits enflammées de sa jeunesse footballistique (Ô Marcel Dib! Ôh Pascal Pierre!), vous êtes probablement nombreux à éprouver une forme de « footy blues » devant le football d’aujourd’hui, sans vraiment savoir si cela est dû à une baisse de qualité générale ou simplement à une forme de nostalgie classique, pas véritablement fondée.

Jérôme Latta, l’excellent rédacteur en chef du site satirique mais non moins pertinent « Les Cahiers du football » (comment ne pas tomber amoureux d’un site sur lequel on peut trouver un « Top des 10 des Julian Ross »???!!!), propose sur son blog une analyse brillante de cette question. Pour les lecteurs pressés, je résume la thèse: certes, « c’était mieux avant »…mais pas sur tous les plans. Si le football est beaucoup plus physique aujourd’hui qu’hier, on compte néanmoins nettement moins de brutes coupeurs de jambes sur les terrains en 2011. Ok, Pepe et de Jong ne sont pas des tendres, mais les « plans anti-Messi » sont nettement moins violents que ceux fomentés à l’époque de Pelé et de Cruyff.

Ce qui est le plus remarquable, note Latta, c’est la décroissance de l’intelligence et de l’analyse stratégique des joueurs au profit d’une focalisation sur les qualités athlétiques (physique, endurance, vitesse, habileté). Le prototype du joueur du XXIe siècle est à cet égard, sans conteste, Cristiano Ronaldo, monstrueusement puissant et rapide (33,6 km/h!!!).

On se prête aussi à se prêter, avec l’auteur, à une forme d’ « éloge de la lenteur » kunderienne, à regretter la victoire des athlètes sur le dos des artistes (c’est pourquoi Lucho conservera toujours mon affection…).

Autre aspect important, les matchs basculent désormais davantage sur les constructions tactiques ingénieuses des entraîneurs (cf. Mourinho) que sur la puissance analytique (la fameuse « vision du jeu ») des joueurs présents sur la pelouse (les joueurs type Platini sont moins nombreux).

De l'importance du "coup d'oeil"

Une lecture passionnante, à ne rater sous aucun prétexte.

Bon week-end!

Le football en salle, ou « futsal », commence à être considéré en France comme un élément important dans la formation des jeunes footballeurs. Une leçon donnée par le Brésil et l’Espagne, maîtres du football technique.

Futsal sur le toit d'une tour au Japon

Ce blog a d’abord été le « blog de l’urban du lundi », celui sur lequel on venait découvrir sa note (celle du dernier match ne va pas tarder à tomber…), avec un mélange d’excitation et de peur. Vous l’avez déjà probablement remarqué, se développe une véritable mode de l’urban, du foot en salle en France, et plus particulièrement en Ile-de-France. En témoigne la difficulté à trouver un créneau à une heure décente pour jouer avec ses potes ou ses collègues de bureau. Heureusement, nous, on connaît Yonni…

Un récent article du Monde.fr, signé par Benjamin Pruniaux, analyse les ressorts de cette tendance, à laquelle s’intéressent désormais les responsables du football professionnel.  On a vu cette saison émerger en Ligue 1 un joueur talentueux, Youssef El-Arabi (à Caen), dont les seuls exploits avaient été jusqu’ici recensés en futsal. Il semble que les ponts entre foot pro et futsal aillent plus loin à l’avenir. Laurent Blanc considère en effet que les centres de formation français privilégient trop la dimension athlétique, rejetant sur le bas côté des jeunes prodiges au physique un peu frêle. Pensons à Messi, Iniesta ou Xavi, mais aussi à un joueur comme Valbuena: formé aux Girondins de Bordeaux, il en avait été écarté au bout d’un an, en raison de sa petite taille (1,63 m). Ce n’est ensuite que grâce à ses performances en CFA 2 à Langon-Castets, puis à Libourne Saint-Seurin (en National) que « Petit Vélo » put rejoindre l’OM.

Dès son arrivée à la tête des Bleus, Blanc avait fait part de ce qu’il voyait comme un dysfonctionnement de la formation « à la française »: la primauté accordée à la dimension athlétique plutôt qu’au brio technique. Rien d’étonnant quand on se souvient du profil du « Président », ancien meneur de jeu transformé en libéro. Sa conviction est aussi simple que limpide: le football est d’abord un jeu de ballon avant d’être un sport de courses et de muscles. Sans bien évidemment négliger ce dernier aspect dans la préparation des joueurs, les qualités techniques et l’intelligence de jeu devraient être considérées comme des éléments déterminants dans la sélection des futures élites du foot. Bon plan pour « Lolo » donc.

L’un des aspects les plus intéressants de cet article porte sur le regard porté par les techniciens de la DTN sur le jeu espagnol. On sait que plusieurs joueurs brésiliens de grand calibre comme Robinho, Ronaldinho ou encore le parisien Néné ont fait leurs armes sur les terrains de futsal.

Mais le jeu proposé par le Barça puis l’Espagne depuis plusieurs années démontre que les Brésiliens ne sont plus les seuls à louer les qualités formatrices du futsal. Les combinaisons développées par Xavi, Messi, Iniesta et consorts ressemblent à s’y méprendre à celles entrevues souvent sur les (bons) terrains de futsal du monde entier. Echanges rapides à une touche, jeu en triangle, écartement du jeu puis centre en retrait: un soir, peut-être, Rubens méritera sérieusement le surnom de Xavi de Créteil…

 

Cher lecteur, salut à toi!

Pour bien commencer ta journée, le Coach te propose ce matin une vidéo « vintage » tout simplement FAN-TA-STI-QUE!
Vous voulez revoir Jérôme Bonnissel et Florian Maurice à 20 ans? Coco Suaudeau exigeant de « discuter face à face » avec Thierry Roland? Ecouter la voix d’adolescent pré-pubère de Hervé Mathoux? Ou encore et surtout visionner deux magnifiques chansons interprétées par Joël Bats, oui oui Joël Bats, qui nous a fait gré de deux singles….

Accordez-vous 4 minutes; ça vaut vraiment le coup…

Encore un article très fou et assez intelligent:

Albert Völler

La moustache de David

Non! Pas toi David!

David, c'est bon, nous on a remarqué que t'avais rasé ta moustache...

Les footballeurs à moustache

L’idée me trotte dans la tête depuis plusieurs jours: il faut écrire un article sur la « malédiction de la pub Nike ». En clair, faire remarquer que toutes les stars qui animent cette magnifique campagne publicitaire ont subi le plus grand maraboutage de l’histoire. Un autre blogueur a écrit cet article et je vous le mets en lien:

Just do it!

La malédiction Nike

Initiative très sympathique du blog Coupfranc. Conscient de la relative médiocrité des commentaires sportifs sur TF1, ce blog a eu l’audacieuse idée d’animer nos soirées de footeux, en créant le « Bingo Larqué ». Le principe est simple et bien connu de tous ceux qui ont eu la chance (ou la malchance) de faire des colos et des clubs vacances avec ses soirées mémorables…. A la place des numéros, les expressions favorites de notre Philippe Risoli du football: « le café-crème » (une valeur sûre), « Allez, comme elle vient! » ou encore « Vous Bixente au Bayern… ». Un régal!

La grille du Bingo Larqué vous attend ici….

Jean-Mimi au PSG