Articles Tagués ‘Five Créteil’

Il fait froid. L’un vient de s’enfiler un, puis deux beignets. L’autre confond le terrain de foot avec le prétoire, avant d’enfiler une tenue moulante que la pudeur devrait interdire. Le dernier a dormi 4 heures la nuit dernière et se demande ce qu’il fout, à jouer au jeune alors que ses genoux ont l’âge de Michel Sardou. Mais bon, on est tous là, ou presque. Comme hier dans la cour d’école.

1) L’équipe du coach
Guez (7): A tout seigneur, tout honneur. Impressionnant de courage et de détermination. Une énigme entoure le personnage: comment un gars qui dépasse pas les 1,75m peut recevoir 200 coups d’André (dos, chevilles) en tenant toujours debout? Comme dirait Mourinho, c’est avec ce genre de joueur qu’on peut partir à la guerre.

Laurent(5,5): deux mi-temps assez différentes, mais beaucoup de courage. Des efforts incessants pour ne jamais rien lâcher. Alors bien sur, son corps n’est pas des plus fiables. C est pas encore Thiago Motta mais le type vaut le détour. Et puis j’ai toujours eu un faible pour les gauchers (ex: Didier Domi)

Rubens (5): il est arrivé chez moi à 22h, a commencé à jouer à 22.30, a enlevé son écharpe dégueulasse 15 minutes plus tard, s est assoupi à 23h, est parti pisser à 23.15, a tenté 2 actions de classe mondiale entre 23.30 et 23.45. Ce type vient d’une autre planète…

Benjamin (5,5): toujours en costume à 22.20, c est déjà problématique. Venir sans basket, c est franchement flippant. Le cap’tain n’était donc pas dans un grand soir. Pas en réussite sur le plan offensif, il a été bien meilleur dans les cages. Au niveau mental, il reste un combattant.

Le coach (2+2): rdv à 22h, arrivée à 22.20, compos déséquilibrées: le coach a raté son match. Comme dirait Jean-Marc Généreux, « tu as danse un slow alors qu’on attendait un give ». Le Gérard Vives du foot à 5. Donc 2/20. Et 2 de plus pour son doublé final qui lui a permis de dire en rentrant: « on a gagné le match grâce à moi ». Le pauvre…

2) Équipe d’Andre

André (7,5): devant, derrière, Dédé était partout hier. Ses percées offensives ont sacrément perturbé la défense adverse. Encore un qui respecte pas le 3ème âge…

Steevo (6,5): techniquement, au-dessus du lot. Dribbles, déplacements, permutations, c’est un poison. Il ne lui reste pas qu’à cadrer ses frappes. Sous peine de finir comme un autre grand attaquant technique mais trop peu buteur, un certain Dugarry. Tu veux finir ta vie avec Pierre Menés?

Yves (5,5): sobre et efficace: Yvon a simplifié son jeu. Le fantôme de Sessegnon s’éloigne. Appelez désormais Chantome.ps: arrête de partir avec mon manteau stp…

Alex et Jerem (8) alias Forest Gump: bon ok, j’ai toujours un peu de mal à les distinguer sur le terrain. Mais bon ces deux-là sont des extraterrestres. Ils courent, courent, courent toujours, sans jamais s’arrêter. A gauche, à droite, devant, derrière. Et ils ont le culot de me dire avant le match: « on n’a pas joue depuis longtemps ». Faut arrêter de pipoter maintenant: votre père c est pas M. Complices, c est Lance Armstrong. Saloperies d’amphétamines…

Publicités

Salut à toi cher lecteur!

Aujourd’hui, nouvelle rubrique sur le blog: « le coach » note les parties de « five »! Le rendez-vous était fixé à Creteil à partir de 21h30, vice trouvé par « le coach » pour prévenir les retards et passer quelques consignes…

La rencontre s’annonçait particulièrement intéressante hier et on a clairement assisté à la meilleure partie de ces derniers mois. Beaucoup d’intensité, des actions de jeu bien menées, une rigueur tactique en progrès. Les restes de Yabné ne sont peut-être pas définitivement enterrés.

La « Paleta »

Sur le plan tactique justement, les deux équipes ont choisi un dispositif un peu différent qui s’appuyait sur les forces respectives  de chacun: d’une part, dans l’équipe du coach, une bonne qualité de passes et des automatismes; dans l’équipe de « Dédé », de la vitesse et une condition physique un poil supérieure. Cette seconde équipe comptait notamment sur la paire « De Boer », soit Alexandre et Jérémy Fitoussi, et sur l’explosivité de Mika, « Messi » pour les intimes.

La grande interrogation  reposait sur l’attraction du soir, Giovanni, ancien de CFA recruté par Benjamin. Privée des qualités de buteur de  Jérémy Guez, parti pour devenir le futur « Jean-Edouard » de la télé-réalité (qui sera sa « Loana »….?), l’équipe comptait bien profiter de son expérience d’attaquant à Nancy. Mais comment allait-il s’intégrer à l’équipe de stars déchus de la 4e 4? Où en était-il physiquement après avoir succombé aux charmes de la vie parisienne?

 

La paleta

Clairement, la formation menée par Rubens a maîtrisé les débats, même si elle a parfois eu tendance à se mettre en difficulté en cherchant à sauter les étapes de construction du jeu ou en s’enflammant. L’équipe en face n’a néanmoins pas démérité et a grandement été pénalisée par la blessure d’André, capable en règle générale de rendre sa défense plus compacte.

Les notes  (en toute objectivité….)

Rubens (7 + 1): Jaap Stam continue à progresseret retrouve, semaine après semaine, son niveau yabnéen (période 4e-3e). Ne refusant plus le contact, solide et bien placé sur la gauche de la défense, Rubensinho participe de plus en plus au jeu, se montrant disponible et en mouvement. Mérite un point supplémentaire pour avoir parlé « tactique » avec le coach à l’aller dans la voiture. Mais une question demeure: pourquoi continuer à porter ce jogging blanc dégueulasse? Un appel aux dons a été voté hier à la majorité générale.

Kevin (6): Bruno N’gotté faisait son retour hier. Beau gosse mal rasé, toujours aussi frais physiquement, il a alterné position basse et haute sur l’ensemble du flanc droit. Un peu moins heureux cette semaine sur ses transmissions que de coutume. Il a beaucoup tenté de marquer de loin, sans succès. Pas de doute, c’est Krief qui a remporté la compét sur ce coup. En négociation avec les dirigeants pour discuter d’une prolongation pour lundi prochain…

Steve (8-1): Le 27 octobre 2009, il se blessait (enfin je me blessais…)  sur une passe malencontreuse de…(j’espère que tu as demandé pardon à Kippour, Rub.). Un an après, jour pour jour, on le retrouve marié, à Saint-Mandé, et suivi par un kiné (merci Benjamin, mon « Philippe Boixel »). Et clairement, « Lucho » a fait honneur hier soir (c’est le moment où Krief et John doivent se vénère...). Profitant d’une condition physique qui l’avait quitté un mercredi, probablement le 27 avril 1999  pendant un cours de Mr Georguiev – , « Lucho » a joué un peu plus haut que d’habitude et a même marqué quelques buts. Mais c’est surtout son agressivité sur le porteur du ballon (« si cerveau le veut, ça ça éxécute » lui a toujours répété Krief), il a beaucoup oeuvré dans la construction du jeu en jouant simplement et le plus souvent vers l’avant. Une belle réussite dans ses passes en profondeur pour Benj et Giovanni. Il mérite toutefois de perdre un point pour avoir mangé une clémentine (?????????) pendant la partie.

Krief (7 + 2): En l’absence de Guez, cet étudiant en droit islamique vêtu de son panta-court, alternait avec Giovanni sur le front de l’attaque. Pas en grande forme en tant que gardien, il a été bien meilleur lorsqu’il s’est retrouvé devant. Ses frappes ont souvent trouvé le cadre et il a su marqué les buts décisifs dont son équipe avait besoin. Compte-tenu de ses qualités physiques et de son expérience du terrain, il dispose encore d’une grande marge de progression dans le dépouillement de son jeu: l’équipe aurait tout à gagner à ce qu’il porte un peu moins le ballon au milieu du terrain en recherchant un appui derrière afin de profiter des espaces crées par le déséquilibre de la défense adverse (ce que je résumerai par la formule « tchik tchak » soit « j’ai vu, je donne »). Mérite malgré tout deux points de bonus…. Pourquoi? Réponse à la fin de l’article.

Giovanni (6): Une bonne entrée en matière pour cet ancien proche de Toni Cascarino. Après un début de match un peu difficile, il a su trouver sa place dans l’équipe et a été une menace constante pour la défense adverse. Encore un peu trop « perso » sur certaines occasions, mais clairement un joueur de plus sur qui compter pour les prochaines parties.

André (5-1): Du courage, il lui en aura fallu pour tenir pendant deux heures avec une blessure douloureuse. Forcément un peu moins à l’aise que d’habitude, André a essayé de pénaliser un minimum son équipe en jouant simplement, et souvent dans les cages. Mais « Pape », je suis désolé, tu perds un point pour non respect du clause du contrat (Article 2, alinéa 1: « soyez à l’heure au rendez-vous fixé »). « Mikaaa, t’es ou? ».

John (7): Solide et efficace. L’homme à la chemise violette a cherché à alerter ses coéquipiers en évitant les dribbles inutiles dont il était le spécialiste. Un des hommes de base de l’équipe d’André. Mais est-ce une raison pour nous emmerder 4 fois par jour pour nous vendre des places de Justin Bieber?

Alexandre (7 +1): Sobre, disponible, mon nouvel ami sur Facebook a cherché à jouer vers l’avant et à apporter le surplus pour déséquilibrer l’équipe adverse. Sa vivacité est un atout majeur, même quand il joue avec un pull en laine pendant 1h30. Mérite un point de bonus pour avoir fait la parlote avec le coach sur le chemin du retour….

Mika (8-2 matchs): Excellent hier soir. Un vrai poison pour la défense adverse. Son explosivité et sa capacité d’élimination ont été deux armes essentielles dans les attaques de l’équipe B. Mais avec son 2e carton en deux matchs (retards répétés), il sera suspendu par la commission de discipline. Un appel reste possible. « Ben Mikaaa, t’es ou? qu’est-ce tu fouuus??? »

Jérémy (7+1): Il a réédité sa partie de la semaine dernière. Moins dribbleur, il a beaucoup pesé sur la défense adverse par ses déplacements répétés. Maîtrisant l’ensemble de la palette du bon joueur (dribbles, passes, placement), il est un titulaire indiscutable.

CONCLUSION: j’attends vos réactions…

Ce jeune homme veut qu'on l'appelle désormais "docteur"...