Articles Tagués ‘Darren Tulett’

Salut à tous!

Dimanche soir dernier, Canal + nous proposait un nouveau projet comme on les aime: résumer les 20 ans de son émission culte, du programme qui berce les amoureux de sport (et surtout de football) depuis 20 ans: l’Equipe du dimanche. Si ce genre d’événements provoque toujours chez moi une certaine excitation, j’ai aussi appris à juger sur pièce. Prenons l’exemple de l’incroyable Multiplex des finales de la Coupe du Monde de football, diffusé il y a quelques mois. Sur le papier, idée géniale, brillante. Sur le « terrrain », le résultat était un peu décevant. Focalisation extrême sur les deux finales jouées par la France (1998 et 2006), alors que j’attendais de voir davantage de gros plans sur les finales moins connues par les plus jeunes(1966 et 1974 par exemple). Bien mais sans plus donc, même si les prestations de Jean-Charles/Karl-Heinz Sabatier et Darren Tulett en tenues d’époque valaient leur pesant d’or.

Alors ce docu sur l’EDD?

Rien à dire, une petite bombe. Nonobstant la médiocrité de Zidane-présentateur, ce docu est un petit bijou. Revoir le « 1er Pierre Sled » et surtout Thierry Gilardi, retrouver l’ambiance de nos dimanches enfantins où l’on éteignait discrètement la lumière dans le salon pour éviter que nos parents nous empêchent de visionner les buts espagnols (vers 23h40). Vibrer aux sons des « Batigoooool », « ohhh Il Fenomeno! », chanter avec Old Trafford « Ouah Cantona, ouah Cantona », se réveiller à cause des cris de Denis Balbir, en transe après les buts de Francesco Totti (insister sur la première syllabe, « Ttttoti »).

J’exagère? Peut-être mais vous oubliez un élément: à l’époque, Canal + représentait un peu un luxe. Suivre les matchs de foot en « clair » n’était pas donné à tout le monde (j’ai personnellement vu PSG-Real Madrid en crypté avec la radio derrière…). Alors quand on avait la chance d’entendre le petit générique formant le logo de Canal +, croyez-moi – et j’en appelle aux témoignages des plus anciens – on était tout simplement heureux.

Que nous apprend ce docu?

Une chose très importante: l’EDD n’a pas simplement fait découvrir le foot européen à « la France du foot », à nous les amoureux de ballon. Elle a également profondément influencé les futurs joueurs professionnels dans leur carrière, en dépit du choc qu’a pu provoquer la vision des cravates de Pierre Sled. On pourrait dire que l’EDD a contribué- dans une certaine mesure évidemment et sur le plan des mentalités uniquement – à l’accélération du mouvement de mondialisation du football des années 90 et 2000. Aidés sur le plan législatif par l’arrêt Bosman (décembre 1995), les meilleurs joueurs français d’abord, la « classe moyenne » ensuite, ont franchi les frontières en espérant conquérir le Calcio, la Liga, la Premier League ou la Bundesliga (et bien évidemment empocher beaucoup, beaucoup d’argent). Mais ces départs auraient été probablement moins nombreux sans l’aide presque psychologique de l’EDD. Regarder avec envie les performances des Cantona, Ginola, Papin, Lizarazu, Zidane, être assuré que la famille et les amis restés au pays continueront à vous suivre dans votre ascension – ou votre stagnation sur le banc…- tout cela a contribué à convaincre les joueurs français qu’ils pouvaient tenter l’aventure. En ce sens, l’Equipe du dimanche participe de l’histoire du football français de ces vingt dernières années. Thomas Thouroude sera-t-il à la hauteur de cette légende? Même si son ton est beaucoup plus léger que celui de ses prédécesseurs, j’y crois!

PS: j’apprends, ce matin, qu’un ouvrage a été publié il y a deux ans sur Thierry Gilardi, « Salut Thierry » par Alain Azhar. Je vous mets le lien vers le site Amazon.

Publicités

C’est le programme le plus sympathique de cette Coupe du Monde. Thomas Ngijol et Darren Tulett reviennent sur les grands moments qui ont ponctué l’histoire du football français. Vous avez déjà eu l’occasion de voir la semaine dernière sur le blog le « dossier Ginola ». Aujourd’hui, retour sur Steve Savidan, le JPP à une sélection…

Un soir de novembre, en 1993, Parc des Princes. Dans son jardin, le Parisien David Ginola commet l’irréparable: il rate son centre, dans la dernière minute du temps réglementaire, et voit son équipe encaisser un but qui la privera du Mondial américain. « Criminel »! « L »exil! ». Le beau gosse est la cible de l’opinion publique et des médias. « Faites entrer l’accusé » revient sur cette affaire avec Thomas Ngijol et le principal protagoniste. Une bombe!

http://www.dailymotion.com/video/xdrknh_ils-se-foot-du-monde-david-ginola_fun#from=embed?start=11

Aimé, Pascal Praud et ses lunettes à triple foyer, Vincent Alix, ils sont déjà là…