Articles Tagués ‘Beckham numéro 32’

Beckham à Paris: la stratégie du nouveau riche

Publié: décembre 25, 2011 dans L'actu du jour
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

David & Victoria à Paris: le spice world débarque à Paname. Comme cadeau de Noël (ou Hannouka, c’est selon), on a rarement fait mieux…Le maillot de Beckham (avec le numéro 32 floqué comme à Milan?) va probablement être un cadeau à la mode cet hiver.

Beckham en tenue de footballeur

Plus sérieusement, j’ai une thèse au sujet du PSG: Paris développe, depuis l’arrivée des Qatariens, une stratégie de nouveaux riches. Qu’est ce qui définit un nouveau riche? L’envie de démontrer, à corps et à cris, que désormais les moyens ne manquent pas pour s’acheter tout ce que l’on désire. Son slogan serait: NO LIMIT & PAILLETTES. Vous achetez un appart à Neuilly, conduisez une Porsche décapotable et portez des Ray Ban en hiver.L’objectif, en creux, étant d’asseoir une nouvelle position sociale, de conquérir une légitimité jusqu’ici inaccessible.

LE PSG A TOUJOURS AIME LES PAILLETTES

Pastore, Beckham, Ancelotti, Tevez ou Kaka demain: le PSG est clairement passé dans un autre monde. Désormais, le monde sait que Paris peut tout s’offrir. D’une certaine manière, on pourrait même dire qu’il retrouve cette tradition de football paillettes, constitutive de son identité. Comme le racontent parfaitement Damien Degorre et Jérôme Touboul dans leur livre « La folle histoire du PSG » (Ed. prolongations, 722 pages), le Paris-SG a toujours été fasciné par les étoiles, et pas seulement en maillot et short. Quelques exemples: Jean-Paul Belmondo siégera au Conseil d’administration sous la présidence Hechter; Borelli refusera l’arrivée du grand Chris Waddle, prétendant que, celui-ci n’étant pas encore international, il n’y avait aucun intérêt à le faire revêtir le maillot parisien (Tapie saura en profiter…); Raï est recruté en tant que capitane de la Selecao brésilienne, future championne du monde, etc.

Paillettes

Continuité donc d’un certain point de vue, mais en même temps rupture à différents niveaux. Clairement, le fond d’investissement qatari peut transformer le PSG. Rien ne dit par exemple qu’il ne profitera pas du déménagement subi vers le Stade de France pendant les 2 prochaines saisons (le temps de la rénovation du Parc des Princes en vue de l’Euro 2016) pour s’installer définitivement au Stade de France, enceinte ultra-moderne capable de générer bien davantage de revenus que l’antre historique de la Porte de Saint-Cloud. Idem pour les supporters: il est fort peu probable que les nouveaux dirigeants autorisent la reconstitution des kops dans les tribunes. Trop risqué. Inutile surtout: ce qui compte, c’est moins l’ambiance que de vendre un maximum de billets – en particulier  à un public connaissant moins de difficultés à encaisser la hausse des tarifs qui ne manquera pas de suivre à moyen terme – et d’accroître sa notoriété dans les marchés asiatiques (pour les droits télés).

COACH ET COMPTE EN BANQUE

En virant Kombouaré, Nasser et Léonardo veulent signifier que sur le banc aussi on ramène des stars à Paris. Dans mon article du mois d’août cité plus haut, je considérais qu’au regard de l’histoire récente, deux chemins s’ouvraient devant Kombouaré:  être viré dans les 6 mois à l’image de Marc Hugues à « Manchester Emirati City », ou se révéler à l’échelle internationale, tel Arrigo Sacchi au Milan AC de Berlusconi. Par manque de chance, de talent et aussi faute d’avoir un président croyant en lui, AK va commencer l’année 2012 au Pôle Emploi. Bad news pour « Casque d’Or’ qui n’aura pourtant pas démérité en terminant champion d’automne (titre honorifique suffisamment exceptionnel pour que des amis parisiens accrochent la Une du Parisien dans leur salon…). On a parfois reproché à AK le manque de style de son équipe. Argument contestable: Ancelotti, son successeur annoncé, est-il synonyme de flamboyance? Pilier du Milan de Sacchi, inventeur de la tactique dite de « l’Arbre de Noël » (un 4-3-2-1, cf mon article ), Carlo est un fin tacticien, mais il est surtout connu pour s’adapter à ce qu’il a sous les mains. Un pragmatique donc, pas vraiment un pur esthète.

Le PSG sous le sapin de Noël de Carlo

Autre argument avancé ces derniers jours pour justifier le renvoi d’Antoine : son absence de notoriété, un obstacle dans le recrutement pharaonique de QSI. « Antoine qui? » disaient les mauvaises langues. Ils n’ont pas tout à fait tort mais un autre aspect doit être ajouté à mon sens.

Ici encore, c’est vers José Mourinho qu’il faut se tourner pour comprendre la mécanique en place. En arrivant au Real, The Special One  a exigé d’avoir un salaire supérieur à celui de ses joueurs. Pas pour s’acheter deux Mercedes de plus. Non, pour Mourinho qui exerce sur ses joueurs une influence psychologique hors du commun, il s’agissait de passer le message suivant, fondamental dans à l’ère du foot business: « Les gars, fermez là, je gagne plus que vous et par conséquent – l’argent étant le critère de différenciation entre les bons et les très bons – je suis meilleur que vous ». AK gagnait 100 000 euros par mois (on connaît pire certes…), Beckham recevra 8 fois plus. Tout est dit. Business is business.

La solution à la crise de l'euro

PS: Selon France Soir, Ancelotti percevrait 1 million d’euros par mois au PS. Plus que Beckham et autant que Mourinho. CQFD…

Publicités