Archives de la catégorie ‘Urban’

Bonjour à tous,

Ce blog n’est pas seulement la meilleure adresse pour comprendre les dessous du nouveau maillot de l’Equipe de France. C’est aussi le miroir des Urbanistes de Créteil. Le lieu vers lequel ils se tournent pour demander « Qui a été le plus fort ce soir? ». Ces joueurs pour qui tous les lundis, pendant 2 heures, qu’il neige ou que France 3 diffuse une spéciale « Je t’aime à l’italienne » (avec le grand, le très grand Frédéric François), il faut tout donner pour préserver sa place. Quitte à mentir un peu à sa femme…

L’ABSENT DU SOIR

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». Brandao est resté chez lui et l’OM se montre incapable de battre la modeste équipe de Monaco. Oui , Monaco 2010-2011, pas celui de Viktor Ikpeba, Sonny Anderson et Sylvain Legwinski. Non, le Monaco bâti par Lacombe et désormais entraîné par Banide, dont la seule « star » était (en tout cas, jusqu’à l’arrivée de l’excellent Mahamadou Diarra) le Coréen Park.
A l’Urban, c’est le même principe: jouer à 9 sur un terrain de 10, ça pose d’énormes problèmes. Je vous laisse trouver qui était notre Brandao…

LA STAR DU SOIR

Mais heureusement, Momo est arrivé et nous a sauvé d’une soirée très pénible. Au final, la New Team du Coach l’a emporté très largement sur la Muppet d’André sur le score fleuve de 25-16. Un écart qui ne s’est dessiné que dans les 30 dernières minutes.

LES NOTES

Avant de commencer, 2 choses:

1) Ne lisez pas que votre note! Et le commentaire, bordel!

2) Depuis lundi 00h05, Yves et John m’ont déjà harcelé à trois reprises pour m’inviter amicalement et « en toute objectivité » à leur mettre une note correspondante à leur prestation, qu’ils ont tous les deux jugées excellentes. Devant mon air interrogatif, ils ont précisé que « un 8, à la limite un 7,5 » serait tout à fait légitime. Quelqu’un peut-il faire quelque chose???

NEW TEAM

BENJAMIN (8): Thierry Omeyer. Un sacré gardien. Un sacré survêt’. Va nous manquer pendant quelques semaines. Ne nous oublie pas…

Bernard

LE COACH (6,5): bizarre ce match. A parfois semblé manqué de jus en défense pendant la première mi-temps. Beaucoup plus incisif sur la seconde. Et surtout deux buts qui attestent qu’il y a quelque chose en lui du PSG des années 1990…

Mon premier but…

…et mon second (n’essayez pas de me contredire; vous n’avez aucune preuve!)

YVES (6): une prestation intéressante du meilleur joueur de notre équipe (ca va, on peut plus rigoler?). Des interceptions importantes au milieu de terrain et un placement assez juste. A parfois manqué de vivacité d’exécution sur les phases offensives (d’où le 6).

STEPHANE (6,5): souvent sobre, Stéphane s’est beaucoup dépensé lundi soir et a fini sur les rotules. Commence à s’installer dans l’équipe. Néanmoins, il manque encore de conviction sur ses frappes. Jean-Michel Larqué aurait dit que la position de ton corps le prouvait…

GIOVANNI (9): impressionnant de réussite. Une dizaine de buts à lui tout seul. Si l’ASNL avait dans ses rangs un buteur de son rang, Pablo Correa serait tellement heureux!

MUPPET

ANDRE (7): 1 (négociation du ballon avec les mecs du bar) + 2 (négociation avec sa femme) + 1 (négociation avec Kevin pour venir) + 1 (présence physique en défense) + 2 (capacité de pénétration de la défense adverse)

MOMO (10): merci Momo!

KEVIN (6,5): par sa mobilité sur le front de l’attaque, il a offert systématiquement des solutions à son équipe.

JOHN (6,5): un feu follet. Il a beaucoup couru, beaucoup tenté, pas beaucoup marqué. M’a fait un peu pensé à Emmanuel Adebayor. Celui du FC Metz, pas celui du Real…

"J'ai tout appris de Cyril Pouget" E. Adebayor

STEEVE (7): 16 euros.

Salut à tous,

Il y a des après-midi comme ça où l’on est porté par des élans d’optimisme. Requinqués par la merveilleuse victoire française d’hier soir (quel match!), nos joueurs auront probablement envie de se dépasser ce soir, de tout donner, d’aller au-delà de leurs limites. Pour leur équipe, pour le jeu, pour la victoire…

Meilleur joueur du Mondial

NEW TEAM: Yves, Stéphane, Coach, Benjamin, Giovanni

MUPPET: André, John, Yonathan, Kevin, Steeve.
Ca donne envie, non?

Bonjour à toi, ami(e) lecteur!

Certains signes ne trompent pas. Si, en rentrant chez toi, ta femme/mère/soeur te presse d’aller prendre une douche illico presto; si le lendemain, au réveil, tu meurs de faim; et si, enfin, tu te  couches le jeudi soir avant 21 heures, tel un vulgaire bambin de maternelle: eh bien, saches au moins que, en dépit de tes soucis, tu as réussi ton foot.

LE SCORE DU SOIR

Ce mercredi, c’est l’équipe d’André/Marc Landers qui l’a emporté avec deux buts d’avance à l’issue d’un match intéressant et disputé. La victoire des troupes de la Muppet ne s’est dessinée que dans les dernières minutes. Très peu de temps morts et quelques phases techniques « à montrer dans les écoles de football » (on a presque failli imiter nos ancêtres nantais Pedros, Loko et consorts (oh cette équipe de 95: Ouédec, N’doram, Karembeu, Ferri, Marraud, Le Dizet…)

LA STAR DU SOIR

Yoni, le maître des lieux, toujours aussi enthousiaste devant l’équilibre parfait des deux équipes. Un type vraiment sympa et accueillant. Bon, un jour je lui dirai qu’il nous arrive parfois de reprendre à 0-0 au bout d’une heure de jeu quand André sort de ses gonds…

Roman Abramovitch

L’ABSENT DU SOIR

Johnny et ses costumes 3 pièces. Officiellement, il avait un empêchement. Officieusement, il a gagné le droit d’aller voir le spectacle des mecs de la pub « Tictac » (les « Voca People). Vous savez comment? Parce qu’il a prononcé ce discours, désormais entré dans l’histoire (…de Youtube tout du moins).

(c’est culte à partir de 0’50)

LES NOTES

NEW TEAM

Benjamin Krief (7): après trois semaines d’absence non justifiées, le capitaine faisait son retour mercredi. Actif sur le front de l’attaque, Docteur K. s’est montré disponible. Plusieurs buts importants également à son actif et quelques parades décisives dans les cages. Bon, ok, mais est-ce que tout cela l’autorise à préférer d’autres herbes que les nôtres (le dimanche matin par exemple) et à « tenter » de menacer le Coach? Ya amateur! Si tu souhaites éviter que des photos de ton enfance sortent à nouveau sur le net, évite de faire ton Rubens (d’ailleurs, Rubens, où es-tu?)

Stéphane (7): deux mois nous séparaient de la dernière prestation de « Steph » (« Steph, combien de buts cette saison? »). Même si on a craint parfois qu’il nous fasse une petite attaque, il a su honorer sa sélection. Dynamique, hargneux, combatif, il a gagné son billet pour le match retour.

Yves (6): les amateurs de ce site le savent maintenant: Yves est désormais décidé à retrouver la forme de ses 14 ans lorsque, collégien isolé et torturé de Yabné, il essayait de se faire remarquer sur le terrain de basket, lui qui n’était jamais sélectionné dans les faleux « 5-5 » de la cour centrale. Alors oui, Yvo, ta revanche arrive enfin. Malgré quelques dribbles encore superflus, le jeu de notre partenaire indéfectible se fluidifie semaine après semaine. Mais fais gaffe quand même: nous, on n’a pas une gueule de Sunderlandais; on te paiera jamais 7 millions si tu reprends tes crochets…

Le Coach (7): « Quand je suis arrivé à Barcelone, il y avait beaucoup de joueurs de qualité. Mais tout le monde se trompait en pensant que, pour jouer derrière, il fallait être très grand et très fort physiquement. Ce n’est pas vrai. Si tu as le ballon, il faut simplement savoir l’utiliser correctement. Quand tu es faible physiquement, il faut que tu développes d’autres arguments. Principalement, le coup d’œil et la prise de balle. » Johan Cruyff, mon père.

Nicolas (6): recruté par Benjamin sur les bancs de l’Ecole du barreau, il a mis un peu de temps à s’intégrer à l’équipe et à sa manière de fonctionner: passes courtes, rigueur de placement. S’étant fixé probablement au départ de  dépasser le record – détenu par Yves – du plus grand nombre de dribbles en 120 minutes, Nicolas s’est inévitablement heurté au mur défensif adverse et au scepticisme de ses partenaires, à commencer par celui de votre serviteur. Après une petite discussion, Nicolas a pris place pendant une heure en défense, démontrant certaines qualités. Mais ne soyons pas trop sévères: pour un rugbyman, c’est une première prestation assez intéressante.

 

EQUIPE 2. MUPPET

André (7): on l’a d’abord senti un peu en-dedans, surtout sur le plan mental. Moins bavard avec ses coéquipiers, moins contestaire-gauchiste avec ses adversaires, Dédé essayait peut-être de trouver la clé de la réussite. Et il a fini par la trouver: deux superbes frappes, une belle présence athlétique. Et une victoire au bout, enfin.

Mika (7): match sérieux. Un peu moins en verve que les semaines précédentes néanmoins. Mais toujours disponible et généreux dans l’effort.

Manu (5): un peu moins performant ce mercredi. Hypothèse la plus probable: il souhaitait éviter de se blesser avant son départ pour Avoriaz.

Kevin (6): match sérieux. Une pointe de vitesse intéressante.

Steeve (7): seul en pointe, Steevo s’est beaucoup démené et a réussi quelques jolies gestes, amenant notamment plusieurs buts importants. Son jeu a néanmoins parfois manqué de facilité et il a un peu trop privilégié la solution individuelle en seconde mi-temps.

 

 

 

Good morning! (mes élèves américains déteignent sur moi…)

Nous sommes mercredi; vous l’avez compris: c’est Urban ce soir! Désormais, les compos seront disponibles, en exclusivité, sur le blog.

A l’affiche ce soir:

NEW TEAM:

Benjamin Krief alias « Thomas Price »

Un gardien de légende. Un peu le Bernard Lama du football japonais

-Yves dit « Ted Carter »

Beau

-Stéphane dit « Johnny Masson »

Cherche à retrouver sa place

-Alexandre Fitoussi dit « Jason Derrick »

Alexandre est au second plan

-Le Coach alias « Roberto »

Ancien grand buteur du Bresil, Roberto est obligé d'arrêter sa carrière à la suite d'une blessure. Il devient le "coach" d'Olivier. Un peu l'histoire de ma vie...

MUPPET

-André alias « Marc Landers »

La grande gueule

-Mika dit « Danny Mellow »

Petit et très rapide

-Kevin

-Manu alias « Bruce Harper »

Défenseur robuste et de bonne humeur

-Steeve Bellaïche alias « Julian Ross » (je sais, il ne jouait pas pour la MUPPET)

Un accent d'anthologie

A ce soir!

Salut à toi, cher lecteur!

Pour ce nouvel épisode, de nombreux fidèles manquaient. C’est peu dire que les nouveaux appelés se sont montrés à la hauteur. Au final, encore une victoire pour la « New Team » du Coach (privé de son capitaine, à la recherche du bonheur professionnel).

Equipe 1.

Yves (6.5 +1 de bonus): encore une victoire pour Weight Watchers! Amaigri de quatre kilos, « Yvon » s’est senti pousser des ailes hier soir. Plus vif, plus robuste, il a réussi sa plus belle partie depuis 1996. Et s’est même offert le luxe de marquer 2 buts magnifiques. Encore 4kilos en moins et il deviendra la star de l’équipe…

Yonathan Halliwa (7): une nouvelle preuve qu’Alain Roche ne dirige pas la cellule recrutement de cet Urban. Alliant solidité défensive et certaines qualités techniques, Yonathan a réalisé une entrée remarquée. Doté d’une belle qualité de frappe, il a surtout mené une belle bataille contre l’intenable Mika.

« Le Coach » (6.5): manquant un peu de puissance face aux incursions musclées de André et Mika, « Le Coach » (enfin bon, moi…) a essayé de compenser par son sens de l’anticipation et sa qualité de relance. Quelques jolies combinaisons avec Gary et Steeve sur le front de l’attaque.

Gary (8.5): « Il Maestro ». De mémoire de Coach, rares sont les joueurs de cet Urban à avoir atteint le niveau affiché par Gary pendant la première mi-temps. Ses qualités techniques assez exceptionnelles lui ont permis de tenter des gestes inouïes, avec un degré de réussite incroyablement élevé. A un peu baissé de pied pendant la seconde mi-temps, qui resta malgré tout très intéréssante. Un grand match. Chapeau l’artiste!

Steeve (7): « Steevo » s’est très bien intégré à sa nouvelle équipe. Inspiré et volontaire, il a beaucoup pesé sur la défense adverse. Comme de coutume, il a connu une petite phase « perso » qui l’empêche de se rapprocher du « 8 ». Reconnaissons néanmoins qu’il n’en est pas le seul responsable: quelle idée de mettre du DJ Abdel en fond sonore? Qu’est-ce que ça excite!

Equipe 2.

André (7): selon les politologues, trois éléments caractérisent le populisme: 1) la volonté de parler avec force et vigueur au peuple; 2) la remise en cause des représentants démocratiques; 3) la stigmatisation des étrangers. Analysons maintenant la prestation de notre « Dédé » national: 1) énervement et mauvaise foi affichés vigoureusement; 2) critique virulente de l’organisation du Coach; 3) stigmatisation de Barouh, le Slovaque. Conclusion: on a trouvé notre Sivio…

Manu (5.5): Manu avait une double mission hier soir: stopper les offensives du duo adverse; faire démarrer le jeu de son équipe. Plus habitué à tenir le premier rôle, « Manu le Sage » s’est accroché en cherchant, autant que faire se peut, la sobriété. Peut-être qu’un choix tactique un peu différent de son équipe lui aurait facilité la tâche.

John (6.5): de plus en plus offensif au fil des semaines, « Johnny Tour Eiffel » a multiplié les tentatives de débordement sur le flan gauche. N’étant pas de la famille de Usain Bolt (il n’y a qu’à voir son frère pour le vérifier…), celles-ci n’ont pas toujours été couronnés de succès. Associé à André, ils représentent, à eux deux, l’avenir de RMC! Marshall et Truchaud sont dans la merde…

Mika (8): incontestablement, le meilleur joueur de son équipe. Incisif, robuste, percutant, Mika aura usé la défense adverse (qui souffre encore aujourd’hui…). Un gros match.

Barouh (4.5): certes, Benjamin n’était pas dans la forme de sa vie. Certes, il a probablement eu tort de s’entêter à « camper » (en l’honneur de Amsell) en pointe pendant 120 minutes. Mais en faire le seul et unique responsable de la défaite de son équipe, c’est un peu comme expliquer la défaite de Ségolène Royal en 2007 par les erreurs de Jack Lang…Notre ami Benjamin est Slovaque, et il n’a rien d’une tête de Turc. A bon entendeur…

Le remplaçant du remplaçant de Robert Vittek

Publié: décembre 30, 2010 dans Urban

« La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde…. »

Michel Rocard

Salut à toi ami lecteur!

Depuis lundi 00h02, tu attends fébrilement de connaître ta note, celle de ton mari, de ton fiancé, de ton vieil ami. Tu espères secrètement qu’il ne s’est pas encore ridiculisé sur l’herbe synthétique, qu’il n’a pas trop mal vieilli, qu’il ne s’est pas – littéralement – essouflé. Oh, cher lecteur, j’ai une bonne nouvelle pour toi: la vie est une fête. Il arrive parfois des petits miracles, courts, brefs, inattendus, où certains se révèlent alors que personne n’y croyait plus. Peut-être inspirés par Hannouka (ou les Pères Noël devant Shopi et Carrefour Market), les 10 joueurs invités à cet Urban n°6 ont montré que tout était encore possible.

(Vous avez remarqué que cette fille était à Yabné??? Triste destin…)

Oui, la vie est en fête, j’en veux pour preuve ces quatre événements magnifiques, proprement miraculeux:

1) Barouh a retrouvé son pied (droit)

2) Jérémy Fitoussi a joué sur une jambe pendant plus d’une heure

3)Barouh a retrouvé son pied (c’est tellement énorme que je répète)

4) Yves n’a fait que 18 « Sessegnonites », sorte de dribble-talonade pour soi-même sur le côté gauche.

Mais toutes les fêtes ont une fin, à l’image des films de Noël et des vacances qui finissent, un jour ou l’autre, par s’achever. Certains miracles n’arriveront même jamais: ainsi André croira toute sa vie qu’il mérite systématiquement la note de 8/10. Réveille-toi Dédé, réveille-toi!

Equipe 1: Benjamin (cap.), coach, André, Yves, Mika.

Equipe 2: Jérémy F., Manu (cap.), Alexandre F, Steeve B., Barouh (j’attribue le brassard à Manu pour ses progrès…)

LES NOTES

Nota bene: à partir de cette semaine, j’attribuerai des notes plus conformes avec la réalité, en suivant la méthode à la fois de « L’Equipe » et de « So Foot ». Mélange de rigueur objective et de totale subjectivité. En résumé, oubliez les 9 et les 10!

BENJAMIN (10): So Foot a frappé! Notre capitaine a assuré sa note avant même le début du match. Malin… Sur le terrain, il s’est beaucoup démené: pressing haut, harcèlement des défenseurs, recul pour venir soulager la défense. En outre, il n’est pas pour rien dans les progrès « psychologiques » de son équipe, en termes de combativité notamment. Un seul bémol: il doit se montrer encore plus efficace devant le but. Bilan: 7/10.
YVES (5,5+1): après trois semaines d’absence, Yvon avait à coeur de démontrer qu’il avait encore toute sa place. Tartare de saumon le vendredi, fois gras samedi midi et samedi soir, billets verts glissés dans le sac: clairement, il avait très envie de revenir… Plus sobre dans son jeu, cherchant moins l’impossible (dribble, débordement, dribble, chute…), notre Stéphane Sessegnon version hiver 2010 a commencé à inverser la tendance négative de ces dernières semaines. Bon, le coach espère quand même réussir à le convaincre d’arrêter définitivement ses « Sessegnonites »…Et pour le bonus, c’est parce qu’il me met « Chante France » dans la voiture.

MIKA (8): le meilleur homme sur le terrain. Vif, incisif, inspiré, il a constitué une recrue de choix pour l’équipe du coach. En défense, au milieu, en attaque, il a arpenté l’ensemble de la surface du terrain en apportant son soutien au coach en défense et en perçant l’arrière-garde adverse par ses incursions dévastatrices. Il doit toutefois se montrer moins individualiste sur certaines actions et chercher la simplicité.

LE COACH (8): une nouvelle fois, je ne me note pas. Après Giovanni, ce sont André et Benjamin qui m’ont accordé ce joli chiffre. Au vu de ma prestation, j’aurais simplement mis un 7/10, mais bon on va pas chipoter pour un point, surtout supérieur…Après un début de match difficile (mauvaises passes, difficultés de placements entre Steeve et Barouh), on a retrouvé le « coach Blanc » de ces dernières semaines. Avec toujours les mêmes armes: sens de l’anticipation, bonne couverture des espaces, esprit de combativité (ça, c’est grâce à mon capitaine!).

ANDRE (7): je suis obligé de noter André après moi; je sais qu’il adore se comparer à moi ! Donc 7 (et moi 8 Dédé, 8/10!). Bon match pour le capitaine traditionnel de l’équipe 2. De l’engagement, un apport intéressant au jeu de son équipe. Encore un peu trop « perso » et « piplette », mais bon tu vas progresser Dédé…lol

 

BAROUH (5,5): la surprise du chef. Après deux mois passés en troisième division slovaque (essai non concluant), Benjamin était de retour à l’Urban.

Présentation devant la presse. Pas eu le temps de faire un maillot à son nom...Quoi, Benjamin, "c'est parce que sa présence est provisoire"...C'est moche ce que tu dis!

Placé principalement sur le flanc gauche de l’attaque, Barouh a réussi un match sérieux. Très mobile, sentant bien les coups, il a servi de point de fixation à son équipe et a quelque peu déstabilisé la défense adverse. La seconde partie du match a été beaucoup plus difficile: manque de ballons, manque de puissance. Mais il entre toutefois officiellement dans le « top 15 » des  Urbanistes de Créteil. Bienvenue!

INFO: On n'avait plus vu Barouh écarter les bras (et par conséquent marquer un but) depuis avril 1998. 12 ans déjà...

JEREMY F. (6): un match difficile. Blessé une bonne partie du match (claquage?), Jérémy a courageusement tenu sa cage, en faisant avorter un nombre non négligeable d’offensives adverses. Sa mobilité et ses qualités techniques dans le champ auront néanmoins manqué à son équipe, qui a en outre souffert physiquement en ne tournant pas.

MANU (5,5): Capitaine d’un soir de l’équipe 2, Manu a de nouveau proposé une prestations sérieuse et concentrée. Placé en défense, il a évité le geste de trop dans chacune de ses interventions. A ce rythme, il va bien tôt gagner son statut d' »indiscutable »…

ALEXANDRE (7): calme et sobre, Alexandre a bien tenu sa place en défense. Après la blessure de Jérémy, son partenaire préférentiel, il a cherché à combler les espaces et à diriger son équipe, en n’hésitant pas à élever sa voix si nécessaire. Il a même parfois suivi les attaques de son équipe pour apporter le surnombre.

STEEVE (7): talentueux, rapide, il a été surveillé comme l’huile sur le feu par ses adversaires défensifs. Steeve est toutefois parvenu plusieurs buts importants et a représenté une menace constante. Après une bonne première mi-temps, il a souffert davantage dans la seconde, buttant régulièrement sur Mika, Coach et consorts. Comme lors des éditions précédentes, « Steevo » a eu parfois trop tendance à  chercher la solution individuelle pour percer le bloc adverse. Son duo avec Barouh n’a pas semblé des plus complémentaires, l’un cherchant le zig quand l’autre attendait le zag (dixit J-M Larqué). Il serait peut-être plus efficace seul en pointe avec deux personnes « en piston » derrière lui.

CONCLU: espoirs, déceptions, miracles, découvertes, solidarités, amitiés: on vit des choses assez belles à l’Urban…